Steve Massicotte, président de l'Association des pourvoyeurs de pêche aux petits poissons des chenaux invite la population à participer au Festival de pêche qui débute en fin de semaine.

Début du Festival de pêche à Sainte-Anne-de-la-Pérade

Le Festival de pêche aux petits poissons des chenaux se met en branle, ce samedi, à Sainte-Anne-de-la-Pérade, et ce, jusqu'au16 février. Le président de l'Association des pourvoyeurs de pêche, Steve Massicotte, se croise les doigts pour que Dame Nature se calme un peu et envoie du temps qui corresponde aux normales de saison, particulièrement pendant les deux week-ends de festivités.
C'est que depuis Noël, les fins de semaines ont surtout été marquées par des écarts de température allant soit vers le verglas soit vers de grands froids polaires, ce qui dans les deux cas inquiète la clientèle, (malgré un couvert de glace très sécuritaire), et ne favorise pas les activités familiales en dehors des chalets de pêche.
«Le fait que le froid se soit installé dès décembre nous a aidés à débuter la saison rapidement, a commenté M. Massicotte. On a eu un bon temps des Fêtes et les chalets étaient tous installés. Le lancement de la saison s'est super bien passé. Ce qui nous a fait mal, par contre, ce sont les pluies verglaçantes qui sont tombées en plein samedi. On a eu environ 30 % d'annulation pendant ce doux temps-là.
En fait, on n'a eu qu'un vrai beau samedi depuis le début de la saison de pêche. On ne le cache pas, pour nous, la meilleure journée, c'est le samedi de jour. C'est là qu'il y a du monde et que ça bouge. C'est quand même une belle saison mais on voudrait plus de beaux samedis... et du temps un peu plus doux.»
Même si les froids extrêmes garantissent une glace très solide sur la rivière Sainte-Anne, ils contribuent quand même à rendre les gens plus inquiets, en dépit du fait que les cabanes à pêche soient très bien chauffées et confortables.
«L'idéal pour nous, c'est autour de -10, -12 degrés, mais on n'en a pas eu beaucoup. Ça a plutôt été vers les extrêmes», observe M. Massicotte.
Heureusement, le petit poisson des chenaux, lui, est au rendez-vous, peu importe la température. Les touristes sont également présents. Les Chinois, décidément fidèles, sont de retour et nombreux et on remarque cette année l'arrivée d'une nouvelle clientèle: les Russes. «On attend aussi bientôt une délégation d'Asie, avec Tourisme Québec et Tourisme Mauricie. On va leur faire faire une visite d'interprétation des lieux», confie M. Massicotte.
Une équipe de télévision de RDS vient par ailleurs de terminer le tournage d'une émission de chasse et pêche qui devrait être diffusée le 8 ou le 15 février. Enfin, le ministre délégué au Tourisme, Pascal Bérubé, est aussi venu tâter du poulamon.
Place au festival
Pour sa part, le Festival de pêche s'ouvre samedi avec une foire agroalimentaire de 10 h à 16 h. On a aussi installé cette année sur la rivière une zone apprenti-pêcheur, ouverte de 11 h à 14 h. Ces deux activités sont reprises le dimanche. La soirée de samedi sera marquée par un grand feu d'artifice à 21 h, le clou du festival, suivi du spectacle des Cover Girls. Dimanche, la partie spectacle sera assurée en après-midi par Mario Paquet.
La fin de semaine suivante, le festival reprendra ses activités, cette fois avec un Salon des artisans, de 11 h à 16 h ouvert les samedi et dimanche et un spectacle avec les Divans bruns, à 21 h 30 samedi. Dimanche, le 9 février sera aussi marqué par la Journée de la mascotte, alors que le poulamon Gigoteau recevra de nombreux amis de la région pour célébrer son anniversaire.
Un spectacle avec Mario Paquet est également prévu en après-midi, à 13 h 30. Enfin, le dernier week-end fera place à une exposition de dessins amateurs, une disco mobile et un spectacle d'Éric Masson en soirée, samedi. Dimanche, Marika Sokoluk animera un spectacle pour enfants.