Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Le projet favorisera la reproduction d’espèces de poissons du lac Saint-Pierre.
Le projet favorisera la reproduction d’espèces de poissons du lac Saint-Pierre.

Des aménagements pour la perchaude et le grand brochet à Louiseville

Sébastien Lacroix
Sébastien Lacroix
Le Nouvelliste
Article réservé aux abonnés
Des fossés piscicoles favorisant l’accès à plus de 20 hectares d’habitats propices à la fraie seront aménagés avec les projets de création d’habitats pour la perchaude dans le secteur de Piscine Simard et la restauration de la Pointe-à-Caron. Ces aménagements favoriseront la reproduction de la perchaude et du grand brochet du lac Saint-Pierre.

Ces deux projets du Comité ZIP du lac Saint-Pierre visent à rétablir la connectivité entre le lac et sa zone littorale, ce qui favorisera la reproduction des espèces qui frayent hâtivement et profitent des crues printanières pour accéder à des habitats de reproduction situés en zone littorale, en plus de permettre le retour des jeunes de l’année vers les herbiers aquatiques du lac Saint-Pierre.

C’est qu’en raison du développement qui a cours dans la région autour du lac Saint-Pierre, on observe depuis quelques années une diminution de la connectivité entre le lac et sa zone littorale, ce qui entraîne le déclin de plusieurs espèces de poissons.

«Ces aménagements permettront d’offrir des sites de fraie de très bonne qualité pour plusieurs espèces, dont la perchaude et le grand brochet, tout en permettant différentes fonctions écologiques», mentionne Louise Corriveau, directrice générale du Comité ZIP du lac Saint-Pierre.

«Les fossés piscicoles aménagés vont augmenter de façon significative l’habitat pour la perchaude et le grand brochet en permettant la libre circulation du poisson entre le lac et la zone littorale. De plus, comme ils incluent des travaux de végétalisation, ils vont contribuer à améliorer la qualité de l’eau et la biodiversité du lac», mentionne Maxime Brien, gestionnaire de programmes à la Fondation de la faune du Québec qui finance les projets.

Ceux-ci pourront être réalisés grâce à une somme de 94 000 $ provenant du Programme pour la conservation du lac Saint-Pierre de la Fondation de la faune du Québec, grâce au soutien financier du ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques.