De nombreux ambulanciers ont dû attendre plusieurs heures avant que leur patient passe au triage, vendredi soir, au CHAUR.
De nombreux ambulanciers ont dû attendre plusieurs heures avant que leur patient passe au triage, vendredi soir, au CHAUR.

Des ambulances ont attendu plusieurs heures au triage du CHAUR

Matthieu Max-Gessler
Matthieu Max-Gessler
Le Nouvelliste
Trois-Rivières — La soirée a été difficile pour les ambulanciers qui se sont présentés à l'hôpital régional de Trois-Rivières (CHAUR), vendredi. Selon des informations transmises au Nouvelliste, certains d'entre eux ont attendu plusieurs heures avant que leur patient y soit admis.

La situation aurait même fait en sorte que plus aucune ambulance n'était disponible pour répondre à des appels d'urgence, selon notre source.

Le CIUSSS de la Mauricie et du Centre-du-Québec indique avoir été mis au fait de la situation vécue vendredi soir.

«Dans les derniers jours, nous avons connu un achalandage très important au CHAUR, particulièrement au niveau du nombre d'usagers sur civière en attente d’hospitalisation. Cela a amené des défis au niveau du triage et de la gestion de la répartition des usagers selon les zones chaude, tiède et froide. Cette gestion est essentielle pour assurer les soins aux personnes présentes à l’urgence tout en respectant les trajectoires si une personne est positive, négative ou en attente d’un test de dépistage de la COVID-19 pour éviter la transmission du virus dans l’installation», indique Julie Michaud, agente d'information au CIUSSS.

Il faut d'ailleurs rappeler que le CHAUR a été aux prises avec des éclosions de COVID-19 dans trois de ses départements, ces dernières semaines. Une cinquantaine d'employés et une trentaine d'usagers ont été testés positivement au dépistage de la maladie. La situation s'est cependant stabilisée au cours des derniers jours.

Mme Michaud assure toutefois que malgré la situation, des véhicules ambulanciers d'autres territoires ont été appelés en renfort le temps que la situation se règle. Elle ajoute que «malgré le fort achalandage, nos équipes de soins et médicales continuent à donner des services d’une grande qualité à nos usagers et assurent le bon déroulement des activités dans nos urgences».

Le CIUSSS est cependant en train d'étudier plusieurs pistes de solutions pour éviter qu'une telle situation se reproduise, en collaboration avec la Coopérative des ambulanciers de la Mauricie (CAM).

«L’objectif est d’améliorer la vigie des cas suspectés de COVID-19 et la fluidité à l’urgence, notamment en prévision de la période hivernale. Une rencontre est d’ailleurs prévue en début de semaine prochaine», précise Mme Michaud.

Selon les données disponibles sur le site internet du CIUSSS, 48 personnes sont arrivées au CHAUR en ambulance, vendredi. Les usagers couchés sur une civière à l'urgence ont attendu en moyenne près de 19 heures avant de pouvoir être hospitalisés, alors que la cible du CIUSSS est de 12 heures. Toujours au CHAUR, 13 % des usagers sur civière attendaient depuis plus de 24 heures.

Samedi soir, la situation était relativement normale quant au taux d'occupation des civières au CHAUR. Toujours selon les données du CIUSSS, ce taux était de 51 %, vers 21h15.

Selon le site indexsante.ca, pour l'ensemble de la Mauricie, le taux d'occupation des civières était de 52 % vers 20h30, même si la situation était problématique au Centre multiservices de santé et de services sociaux Avellin-Dalcourt (Résidence Avellin-Dalcourt), à Louiseville, qui affichait un taux d'occupation de 125 %.

La tendance des 10 derniers jours indiquée sur indexsante.ca montre cependant que la situation était plus difficile lors des cinq derniers jours en Mauricie, avec des taux d'occupation frôlant ou dépassant 100 %.

Utiliser la bonne porte d'entrée

Mme Michaud rappelle par ailleurs que bien qu'il ne faille pas hésiter en cas de problème de santé majeur de se présenter à l'urgence ou d'appeler le 911 pour recevoir de l'aide, pour les problèmes mineurs, il existe d'autres alternatives. Si une personne qui doit consulter pour un problème de santé mineur présente des symptômes de la COVID-19, elle doit prendre rendez-vous à une clinique désignée d'évaluation en appelant au 1 877 644-4545. Pour les bébés de trois mois et moins, il est toutefois recommandé de se présenter à l'urgence. Quant aux personnes sans symptôme de la COVID-19 qui souhaitent consulter, il leur est recommandé de contacter leur médecin de famille ou, si elles n'en ont pas, de composer le 1 844 313-2029.

«Le 811 Info-social est également disponible en tout temps pour un problème psychosocial», conclut Mme Michaud.