Une trentaine de personnes ont pris part mardi soir à un rassemblement de citoyens afin de dénoncer la coupe de pins rouges centenaires à Saint-Élie-de-Caxton.

Des abattages d’arbres qui dérangent

SAINT-ÉLIE-DE-CAXTON — Une trentaine de personnes ont pris part mardi soir à un rassemblement de citoyens afin de dénoncer la coupe de pins rouges centenaires à Saint-Élie-de-Caxton. Situés sur le terrain du domaine privé de la Ferme forestière Winchester, des arbres tombent les uns après les autres depuis le début de la semaine.

Ces pins rouges centenaires trônent depuis tant d’années le long de la route des Lacs, le chemin qui relie Saint-Élie-de-Caxton et Saint-Mathieu-du-Parc. Les arbres qui longent cette route sur environ deux kilomètres contribuent grandement à sa beauté et l’intérêt qu’elle suscite auprès des cyclistes et des motocyclistes.

En deux jours seulement de coupes avec de l’équipement lourd, une partie de cette forêt a déjà disparu. C’est avec ce sentiment d’urgence que l’idée d’un rassemblement spontané a été lancée. Annick Bernatchez et sa fille Elsa Robert tenaient à être présentes. Elles considèrent que cette forêt, bien que privée, fait partie du patrimoine collectif de Saint-Élie-de-Caxton. «C’est vraiment une belle route où c’est agréable de circuler parce que c’est beau. Couper tous ces arbres c’est vraiment une mauvaise idée et ça mérite l’intérêt de tous ceux qui sont venus dire qu’ils n’étaient pas d’accord», estime Elsa Robert. «Ça m’a donné comme un coup de poing dans le ventre», ajoute pour sa part Annick Bernatchez. «Les arbres sont des êtres vivants et ceux-là ont été plantés par nos pères et nos grands-pères. Ils font partie du patrimoine et ils ont été protégés par des lois.»

Annick Bernatchez et sa fille Elsa Robert devant une partie des citoyens réunis devant les installations de la Ferme forestière Winchester.

La Ferme forestière Winchester, un ancien club privé de chasse et de pêche, avait déjà manifesté son intention de couper cette forêt il y a quelques années. Prétextant des questions de sécurité, ses propriétaires avaient alors obtenu l’autorisation de couper le tiers des arbres. L’hiver suivant, d’autres arbres sont, selon nos sources, tombés d’eux-mêmes, poussant les propriétaires de la Ferme forestière à demander l’autorisation pour une coupe totale. Comme cette forêt est protégée par le règlement sur l’abattage d’arbres de la MRC de Maskinongé, car elle présente un intérêt particulier, cette demande avait été refusée par la MRC et la municipalité de Saint-Élie-de-Caxton.

Or, les dommages sur les arbres causés par la tempête de verglas de novembre 2018 ont permis à la Ferme forestière Winchester de finalement pouvoir procéder avec son projet de coupe. Un rapport d’un ingénieur forestier évaluerait que plusieurs arbres étaient endommagés et que la coupe était justifiée. Cela permettait de soustraire la forêt concernée au règlement sur l’abattage d’arbres. De plus, ces arbres auraient été plantés à l’origine dans le but de les récolter un jour. Malgré une tentative du Nouvelliste, il a été impossible de s’entretenir avec le préfet de la MRC, Robert Lalonde.

Les citoyens réunis mardi soir estiment que l’abattage total des arbres n’est pas justifié pour autant, même si cela se fait en respectant le règlement. «On pourrait aménager avec intelligence pour jardiner une forêt plutôt que de la détruire comme ça et de gâcher un magnifique endroit en plus d’un héritage de nos grands-parents. Il y a plein d’autres façons dans la vie que de faire de l’argent en coupant des arbres», soutient Annick Bernatchez. «Ces arbres sont aussi importants pour le tourisme. Les gens passent ici en motos, car c’est dans les plus belles routes du Québec. Ça donne des retombées à la communauté. Si on enlève ça et qu’on laisse un endroit massacré, c’est vraiment triste et ce n’est pas dans l’intérêt de la communauté.»

Présente au rassemblement, la conseillère municipale à Saint-Élie-de-Caxton, Charline Plante demande aux propriétaires de la Ferme forestière Winchester de suspendre les opérations de coupes. Elle mentionne que le sentiment d’appartenance envers cette forêt est très important pour plusieurs citoyens et que le dialogue devrait prévaloir.

«Lorsque nous avons rencontré les dirigeants de l’endroit, on leur a fait part de notre insatisfaction et du fait qu’on n’était pas d’accord à ce qu’ils fassent la coupe, peu importe quel type de coupe», confie la conseillère municipale. «Nous avons demandé à la MRC de faire faire une contre-expertise, mais elle ne l’a pas fait. Nous avons alors demandé à l’entreprise d’attendre, le temps que nous réalisions cette contre-expertise. Ce n’est sûrement pas essentiel de tout couper. [...] Socialement parlant et de façon consciente, les dirigeants de Winchester ne peuvent pas permettre de continuer la coupe sans qu’ils s’assoient avec le conseil municipal et les citoyens pour trouver des solutions et des moyens qui vont faire consensus social. Ils ne peuvent pas faire fi d’une population. Ça serait très irrespectueux.»