Les terrains de la Ville de Shawinigan qui ceinturent l’écocentre ressemblent à un véritable dépotoir.
Les terrains de la Ville de Shawinigan qui ceinturent l’écocentre ressemblent à un véritable dépotoir.

«Dépôts sauvages» autour de l’écocentre de Shawinigan

SHAWINIGAN — Le chemin qui ceinture l’écocentre de Shawinigan ressemble de plus en plus à un dépotoir. Au fil des années, des individus sans scrupules ont abandonné divers objets hors des heures d’ouverture du centre de cueillette de matières recyclables, provoquant des amas de détritus qui stimulent les rassemblements de vermine.

Ces terrains appartiennent à la Ville de Shawinigan. C’est d’ailleurs à cet endroit qu’un parc de planches à roulettes temporaire avait été aménagé en 2016, pour permettre aux jeunes amateurs de cette activité de se dégourdir sans attirer les regards. Celui du parc Antoine-St-Onge allait être inauguré deux ans plus tard.

Dans un courriel, Karine Beaulé-Prince, agente aux communications à la Ville de Shawinigan, mentionne que le problème est connu. En fait, des démarches sont planifiées pour ramasser les débris et sécuriser le site pour éviter que ce comportement ne se reproduise.

«Le tout devrait être complété d’ici fin juin, début juillet maximum», avance-t-elle.

Les six écocentres de la région avaient fermé leurs portes en raison de la crise sanitaire, au printemps. Ils ont rouvert leurs portes le 28 avril. À Shawinigan, les employés avaient été accueillis par un amas d’objets à l’extérieur des clôtures.

Sur place, un employé explique que ce comportement n’a pas nécessairement empiré pendant le mois de fermeture. Hors des heures d’ouverture régulières, des citoyens se débarrassent souvent de leurs débris autour de l’écocentre.

Par exemple, on y retrouve présentement plusieurs pneus, des matelas, des téléviseurs, des meubles, des toilettes et même une coquille de bateau.

On trouve un peu de tout le long du chemin qui ceinture l’écocentre, dont une carcasse de bateau.

Une situation qui désole Sylvie Gamache, conseillère en communications à la Régie de gestion des matières résiduelles de la Mauricie.

«Effectivement, sur les terrains autour de l’écocentre, on doit régulièrement composer avec des dépôts sauvages», confirme-t-elle. «C’est malheureux. Ce ne sont pas nos terrains, mais c’est une situation que nous déplorons.»

Il arrive même que ces accumulations nuisent à la circulation des véhicules autour de l’écocentre. En effet, ce chemin ceinture cette propriété jusqu’à l’arrière, où un accès est prévu pour charger les conteneurs.

«Ça peut être problématique pour nous car dans certaines situations, ça compromet l’accès à nos conteneurs quand on veut les transporter vers une entreprise de recyclage», fait remarquer Mme Gamache.

Cette dernière précise que lorsque ces matières sont abandonnées devant les portes, les employés doivent les manipuler et les classer, ce qui représente des frais supplémentaires. Pendant les heures d’ouverture, les citoyens sont guidés par les employés et déposent eux-mêmes leurs objets dans les conteneurs appropriés.

«Par exemple, il n’est pas souhaitable que des résidus domestiques dangereux soient laissés sur le sol», illustre Mme Gamache. «Nous avons adapté nos plages horaires en fonction de l’achalandage, du mardi au samedi. C’est pendant cette période qu’on demande aux gens de bien disposer les matières. Autrement, c’est une surcharge de travail et ça entraîne des coûts.»

Sans posséder de données précises sur le sujet, Mme Gamache croit que ces interventions sont plus fréquentes au site de Shawinigan.

La Régie de gestion des matières résiduelles de la Mauricie déplore ces «dépôts sauvages».

«Dans les autres écocentres, l’accès est peut-être moins facile pour les terrains autour», avance-t-elle. «Ça peut arriver occasionnellement qu’il y ait des dépôts à l’extérieur des heures d’ouverture ailleurs, mais à Shawinigan, c’est particulièrement problématique, plus fréquent. Le terrain vacant à l’arrière de l’écocentre est quand même accessible, dans un secteur un peu isolé.»

Outre les services offerts à l’écocentre, Mme Beaulé-Prince rappelle qu’une collecte des encombrants à domicile est organisée à tous les mois à Shawinigan. Les personnes qui veulent s’en prévaloir doivent s’inscrire sur le site Internet de la Ville.