Dans une rencontre publique tenue dans le respect complet des normes sanitaires, Robert Gauthier a souligné se priver de tout lien d’amitié auprès des employés et élus municipaux de Saint-Élie-de-Caxton par souci d’éthique.
Dans une rencontre publique tenue dans le respect complet des normes sanitaires, Robert Gauthier a souligné se priver de tout lien d’amitié auprès des employés et élus municipaux de Saint-Élie-de-Caxton par souci d’éthique.

Démissions à Saint-Élie-de-Caxton: tout va bien selon le maire Gauthier

Pierrick Pichette
Le Nouvelliste
SAINT-ÉLIE-DE-CAXTON — Questionné sur les nombreux départs d’employés et d’élus de sa municipalité depuis son élection, le maire de Saint-Élie-de-Caxton, Robert Gauthier, ne considère pas qu’il est le seul à blâmer pour ces démissions. Selon lui, les travailleurs et conseillers ont quitté pour des raisons personnelles, qui n’ont aucun lien avec sa conduite.

«Toutes les personnes qui ont démissionné vivent des situations humaines exceptionnelles qui ont motivé leur départ. Ça n’a aucun rapport avec le fait que Rober Gauthier est un dictateur ou quoi que ce soit de ce genre», a indiqué l’homme politique qui a souvent été pointé du doigt au cours des derniers mois par des employés ou élus municipaux ayant quitté leurs fonctions.

«Il n’y a rien qui se fait de mal à Saint-Élie-de-Caxton. Il faut arrêter un moment donné, ça devient du harcèlement. On fait tout correctement, on travaille sur une panoplie de bonnes choses et on en fait même plus qu’il en faut», a ajouté celui qui dit faire preuve de rigueur afin de bien faire son travail et non de rigidité auprès de ses collègues.

Par ailleurs, en plus d’affirmer que trois des cinq départs de conseillers n’étaient en aucun cas reliés à sa présence, le maire du village soutient que les démissions de certains fonctionnaires municipaux sont attribuables au manque d’éthique dont ont fait preuve certains travailleurs dans l’exercice de leurs fonctions.

«Il y a un code de déontologie qu’on doit respecter. Allez voir ailleurs un employé municipal qui sort dans les médias afin de poser un ultimatum à ses élus pour obtenir un avantage personnel. Ce n’était même pas pour défendre des principes fondamentaux. Autant pour les élus que les travailleurs, ce code doit être respecté», a fait savoir celui qui associe également certains départs à du harcèlement psychologique commis entre les employés du village.

Au cours de la séance ordinaire du conseil municipal de Saint-Élie-de-Caxton, lundi soir, le maire Gauthier a fait la lecture des lettres de démission rédigées par les anciennes conseillères Charline Plante et Élaine Legault.

À l’intérieur de l’une de ces lettres, celle de Charline Plante, on pouvait lire que l’ancienne conseillère a non seulement quitté son poste pour se concentrer sur ses responsabilités en tant qu’enseignante et grand-mère, mais également parce qu’elle avait, semble-t-il, besoin d’une plus grande écoute et d’un peu plus de marge de manoeuvre afin de mener à bien ses tâches.

«Je pense que tout le monde aimerait avoir plus de marge de manoeuvre dans la vie. Moi-même j’adorerais bénéficier d’une liberté à 100 %. Par contre, ce n’est pas comme ça que ça fonctionne au sein d’une municipalité, qui fait partie du domaine public. On est sept autour de la table et on doit se concerter pour en arriver à un consensus. Pour ma part, je suis à l’aise là-dedans parce que j’ai passé toute ma vie à travailler en concertation avec mes collègues», de répondre Robert Gauthier.

Incluant les médias et élus municipaux, une cinquantaine de personnes étaient présentes lors de la séance du conseil municipal de Saint-Élie-de-Caxton, lundi.

Lors de la séance, une motion de remerciements a d’ailleurs été adoptée par le maire afin de souligner le récent départ des conseillères Élaine Legault et Charline Plante, qui laissent vacants les sièges trois et cinq de Saint-Élie-de-Caxton. Ces postes au sein de l’appareil municipal devraient demeurer vacants jusqu’à ce que le gouvernement autorise la tenue d’élections partielles, actuellement interdites en raison de l’urgence sanitaire en vigueur dans la province.

L’homme politique a aussi profité de cette rencontre avec les citoyens pour affirmer qu’il s’attend à ce que les élus en place actuellement restent jusqu’à la fin de leur mandat à moins d’un changement soudain. Il n’a pas manqué de saluer l’efficacité de son équipe de travail.

La municipalité visée selon le maire

Aux yeux de Robert Gauthier, les médias effectuent depuis quelques semaines un traitement injuste de son village. Selon lui, des municipalités comme Maskinongé ou Trois-Rivières ne recevraient pas la même couverture si elles étaient victimes d’une telle vague de démissions.

«Tout le monde parle des gens qui nous quittent, mais on n’entend jamais parler de nos réussites. Lorsqu’une ville comme Shawinigan émet un avis d’ébullition pendant trois jours, elle bénéficie d’une couverture de trois ou quatre pages dans le journal. Nous, quand on s’occupe d’améliorer les services d’eau potable d’un secteur dans lequel un avis d’ébullition est en vigueur depuis 10 ans, personne n’en parle», a-t-il exprimé.

Des citoyens mécontents

Lors de la période de questions de la séance du conseil, quelques-uns des 44 citoyens présents ne se sont pas gênés pour exprimer leur déception face à cette vague de démissions observée au sein de la municipalité depuis l’élection de Robert Gauthier.

Alors que l’un a demandé plus d’informations aux élus sur le départ soudain de Jean-François Marcouiller, une autre a questionné le maire à savoir «qui sera apte à dire aux résidents pourquoi il y a déjà 21 personnes parties de la municipalité depuis l’arrivée de Robert Gauthier».

«Beaucoup de gens de Saint-Élie qui ne sont pas heureux de vous avoir comme maire», a conclu la Caxtonienne Adèle Gilbert.

«Quand tu vois un employé qui a l’air triste le matin, tu te demandes ce que tu pourrais faire pour le rendre heureux. Lorsque tu constates que ton offre ne peut pas lui permettre de s’épanouir, tu es triste de le perdre, mais heureux de le voir aller trouver son bonheur ailleurs», a rétorqué le maire à cette citoyenne en colère avant de l’inviter à ne pas voter pour lui lors des prochaines élections municipales.

Autres démissions récentes

Récemment, la concierge de Saint-Élie-de-Caxtion, Ghislaine Lachance, qui était à la retraite depuis quelques années, s’est de nouveau retirée. De plus, la secrétaire-trésorière adjointe du village, Édith Ménard, a remis sa lettre de démission au directeur général, Benoit Gauthier, lundi.

Deux des citoyens présents lors de la rencontre ont tenu à exprimer leur mécontentement envers la conduite du maire, Robert Gauthier.

Avec ces deux récents départs, le total des travailleurs ayant quitté leur poste pendant le mandat du maire Gauthier se chiffrerait au-dessus de 20.

La prochaine séance du conseil municipal du village devrait avoir lieu le mardi 8 septembre prochain, au lendemain de la fête du Travail.