Le maire de Shawinigan, Michel Angers.

Démission d’Yves Lévesque: un travail «extrêmement exigeant»

Trois-Rivières — Le maire de Shawinigan salue les 25 années d’engagement politique d’Yves Lévesque. Michel Angers soutient par la même occasion que la fonction de maire d’une Ville est passionnante, mais aussi très exigeante.

«C’est extrêmement exigeant comme travail. C’est une fonction qui impose de travailler sept jours sur sept, jour de fête ou pas», témoigne le maire de Shawinigan depuis l’élection de 2009 qui mentionne avoir toujours eu d’excellentes relations avec son homologue de Trois-Rivières.

«Être politicien dans le monde municipal, c’est le plus passionnant des métiers, mais en même temps on est très près des citoyens. On les côtoie dans les séances régulières du conseil, ce que le provincial et le fédéral ne font pas.»

La fonction de maire exige beaucoup pour celui qui l’occupe, mais aussi pour ses proches, rappelle M. Angers. Il note toutefois que ce poste est difficile sur la santé de son titulaire. «Faire de la politique municipale, ça use un homme ou une femme de deux ans en une seule année. Je pense que ç’a été un peu le cas pour Yves Lévesque», estime M. Angers.

«Dans le temps des Fêtes, la chose la plus importante qu’on se souhaite c’est la santé. S’il a pris cette décision, j’ose espérer que c’est pour son mieux-être et pour sa santé.»

Le fonctionnement même du monde municipal influence énormément les relations que les élus municipaux ont avec les citoyens. «Le fédéral et le provincial prennent leurs revenus directement sur les chèques de paye. Ça ne paraît pas. Alors que nous, au municipal, on envoie un compte de taxes aux citoyens en janvier, après les Fêtes. Ça rend toujours les gens un peu mécontents», explique Michel Angers.

Michel Angers rappelle également qu’Yves Lévesque a traversé plusieurs tempêtes lors de ses nombreux mandats à la tête de la Ville de Trois-Rivières.

«On est dans une situation dans le monde municipal où, quelles que soient les décisions qu’on prend, certains citoyens les critiquent. De plus, en Mauricie on a la chance d’être ultra-médiatisé, ce qui est excellent pour nous, mais en même temps plus on est médiatisé, plus on s’expose à toutes sortes de choses», précise le maire de Shawinigan.

«M. Lévesque a vécu des choses qui n’étaient pas toujours faciles depuis les dix dernières années.»

Les Trifluviens doivent toutefois reconnaître, estime Michel Angers, que leur ville est ce qu’elle est aujourd’hui en raison du travail d’Yves Lévesque. «Trois-Rivières a connu un essor extrêmement important avec de grandes infrastructures», mentionne-t-il. «Trois-Rivières est une ville qui se démarque au Québec et on peut très certainement en donner le crédit à Yves Lévesque et à tous ceux qui ont travaillé avec lui au conseil.»

Même si des maires comme Yves Lévesque et Michel Angers peuvent avoir des visions et des façons de faire différentes, il n’en demeure pas moins qu’il y a toujours eu un profond respect entre les deux hommes. Le maire de Shawinigan lève également son chapeau à un homme qui a oeuvré aussi longtemps en politique municipale. «25 ans, ce n’est pas rien. Il n’y a pas beaucoup de monde qui est capable de faire ça», souligne Michel Angers.