On procédait à l’annonce de changements importants en vue de la 20e édition des Délices d’automne, mardi matin, au Cabaret de l’Amphithéâtre Cogeco. L’équipe des Délices d’automne, depuis la gauche, Marie-Michelle Mantha, Steve Dubé et Roger Picard, respectivement directrice communication et marketing, directeur général et président de la Corporation des événements de Trois-Rivières, Denise Renaud, des Jardins de l’oie, Frédérique Pagé et Marc Pagé, responsables de l’entretien.

Délices d’automne: nouveau site et nouvel horaire

TROIS-RIVIÈRES — À l’occasion du 20e anniversaire des Délices d’automne, la Corporation des événements de Trois-Rivières joue d’audace en déplaçant la populaire fête gastronomique vers le site de Trois-Rivières sur Saint-Laurent et en la reprogrammant durant la fin de semaine de l’Action de grâce, du 11 au 14 octobre prochain, soit cinq semaines plus tard que par les années passées.

Si un nouveau logo a été dévoilé à l’occasion d’une première annonce en vue de la 20e édition des Délices d’automne, c’est bien le déménagement du site et son repositionnement dans le calendrier des événements trifluviens qui aura retenu l’attention.

«Si on veut assurer la pérennité, la continuité et le développement des Délices d’automne, il fallait prendre des décisions», déclare Steve Dubé, directeur général de la Corporation des événements de Trois-Rivières (CETR). Il explique que le site du parc portuaire avait atteint sa pleine capacité en ce qui a trait au nombre d’exposants et que la configuration des lieux rendait la circulation difficile pour les familles et les poussettes. 

Quant au choix de la date, le directeur général lance d’abord, un peu en riant, que «les Délices d’automne vont désormais porter leur vrai nom». D’un point de vue stratégique, M. Dubé fait valoir la possibilité de prolonger la saison touristique. «On vient donner vie à une période qui est un peu plus tranquille», indique-t-il. 

Steve Dubé soutient par ailleurs que des annonces sont à venir afin d’animer la fin de semaine de la fête du Travail, laissée vacante, et que la Classique internationale de canots demeure à l’horaire de ce congé de trois jours.

Du côté de chez Trois-Rivières Centre, l’organisation qui se préoccupe du développement et de la vitalité économique du centre-ville, on concède avoir d’abord accueilli la nouvelle du déménagement avec un peu de tristesse. Sa directrice générale par intérim, Laurence Verreault indique toutefois que cette réaction initiale passée, on est à travailler avec la CETR à combler l’espace laissé vacant. «On n’est pas très inquiet et on s’assure qu’il y aura quelque chose», fait valoir Mme Verreault. «On est content pour eux autres, il n’y avait plus de place. Au niveau logistique, ils étaient trop gros pour être au parc portuaire, c’était saturé», convient-elle. Pour elle, l’enjeu principal est l’animation estivale au centre-ville et les solutions de remplacement existent.

Steve Dubé minimise quant à lui l’impact du départ du centre-ville. Il souligne que le site de Trois-Rivières sur Saint-Laurent n’est qu’à 800 mètres et que les navettes électriques de l’Amphithéâtre seront de service pour relier les deux pôles. 

Le directeur général estime d’autre part que le cadre naturel de Trois-Rivières sur Saint-Laurent convient davantage à la thématique des récoltes. «On trouve que l’on se rapproche de l’essence même des Délices d’automne», résume-t-il.

Quant au nouveau logo, on dit avoir voulu aller à l’essentiel. «Que l’on pense à un café, à une soupe, à une brioche, à une pomme, à des bleuets, il nous semblait tout indiqué de ramener le cercle dans les Délices d’automne», explique Marie-Michelle Mantha, directrice communication et marketing à la CETR. Un cercle qui rappelle «l’assiette que l’on retrouve chez soi, que l’on retrouve dans l’événement et que l’on retrouve dans toutes les facettes de la nourriture», ajoute-t-elle. Une nouvelle identité qui se veut à la fois moderne, chaleureuse et rustique, explique-t-on.

Les organisateurs disent vouloir dépasser le simple cadre de l’événement et mettre de l’avant l’ensemble de l’offre agroalimentaire de Trois-Rivières et de la Mauricie. «On va continuer de collaborer avec les établissements du centre-ville tant en terme de contenu sur le site que dans les restaurants et les commerces», fait valoir Steve Dubé. L’ambition est de donner à l’événement une envergure provinciale, indique-t-on.

Les Délices d’automne, qui auront passé par le parc de l’Île Saint-Quentin et le parc portuaire, accueillaient plus de 50 exposants lors des dernières éditions. Si l’on ne fixe pas encore d’objectifs quant à l’automne prochain, on avoue s’inscrire dans une perspective de croissance. 

«On voulait marquer le 20e anniversaire avec des changements majeurs, c’est un bon timing pour pouvoir le faire», conclut M. Dubé.

Des annonces sont à venir quant aux détails de la programmation. On promet de «gros noms».