Le Centre culturel islamique de la Mauricie est intéressé à se porter acquéreur de l’église Saint-Jean-de-Brébeuf.

D’église à mosquée à Trois-Rivières?

TROIS-RIVIÈRES — À l’étroit dans ses locaux, le Centre culturel islamique de la Mauricie (CCIM) souhaite se porter acquéreur de l’église Saint-Jean-de-Brébeuf, située sur le boulevard des Forges, pratiquement en face de la mosquée de Trois-Rivières. Quant aux paroissiens, ils auront l’occasion de s’exprimer sur cette possible transaction.

«On va étudier cette offre, et ensuite, des assemblées de paroissiens vont être convoquées», précise François Donaldson, prêtre-modérateur de la paroisse Du-Bon-Pasteur. Il s’agit d’une offre d’achat qui englobe l’église mais aussi le presbytère et les terrains. La fabrique souhaiterait obtenir autour de 500 000 $, ce qui serait deux fois plus élevé que le montant proposé à la base par le CCIM, selon ce que Le Nouvelliste a pu apprendre.

«Considérant que la communauté des Saints-Martys-Canadiens dispose actuellement de quatre églises, constatant la diminution de fréquentation et tenant compte des coûts importants d’entretien de ces églises, le Conseil de Fabrique se devait de considérer cette offre même non sollicitée», peut-on lire dans le semainier paroissial du 8 septembre. «Toute offre concernant des lieux de culte est étudiée sérieusement, parce qu’il y a beaucoup de bâtisses qui peuvent servir comme lieu de culte. Est-ce qu’on peut disposer de l’un d’eux? Ce sera regardé», note M. Donaldson.

Si les églises sont vides, ce n’est pas le cas de la mosquée de Trois-Rivières qui est maintenant trop petite étant donné le nombre de fidèles qui la fréquentent. Le Centre culturel islamique de la Mauricie souhaite d’ailleurs relocaliser sa mosquée depuis quelques années déjà. En 2016, il avait d’abord manifesté le souhait d’agrandir le bâtiment actuel, qui est occupé par la communauté musulmane depuis plus de 30 ans. Un projet qui n’a jamais vu le jour en raison d’une question de réglementation municipale.

Sur le site web du Centre culturel islamique, on peut lire qu’il est à la recherche d’un local d’une superficie d’environ 1200 mètres carrés dans lequel pourraient se trouver notamment une salle de prière, une salle de formation et une grande salle multifonctionnelle. Un appel aux dons a été fait pour l’acquisition d’un bâtiment. En décembre 2018, près de 300 000 $ avaient été amassés. Le coût d’achat et d’aménagement était alors évalué à 600 000 $.

La mosquée de Trois-Rivières

Le fait qu’une église catholique puisse possiblement devenir un lieu de prière pour la communauté musulmane risque-t-il de froisser les paroissiens? M. Donaldson admet qu’il n’a aucune idée de leur réaction. «C’est pour ça qu’il y a lieu d’avoir des consultations.»

«C’est une autre religion, mais c’est quand même une religion monothéiste, poursuit-il. C’est une religion bien établie. D’ailleurs, le pape a signé avec le grand imam, en février dernier, une entente sur la fraternité humaine.»

Il n’est pas surpris que la fabrique ait reçu une telle offre de la part du Centre culturel islamique de la Mauricie. «Ils sont à l’étroit dans leur local, et ça fait quelques années qu’ils se servent du sous-sol de l’église pour des rencontres. Il y a beaucoup de collaboration. Sur l’ensemble du territoire du diocèse, il y a des collaborations entre différentes églises.»

M. Donaldson rappelle que des célébrations regroupent à peine une poignée de personnes dans certaines églises. L’offre du CCIM permettrait donc d’assurer la survie du bâtiment. «Ça peut aussi être quelque chose d’heureux comme dénouement. La population est vieillissante. On n’a pas besoin d’autant de lieux de culte, ça peut être quelque chose d’intéressant.»

Le conseil de fabrique de la paroisse Du-Bon-Pasteur va étudier l’offre. Par la suite, une assemblée des paroissiens de la communauté des Saints-Martyrs-Canadiens sera convoquée. Les démarches en cours seront alors présentées, et les paroissiens seront invités à partager leurs remarques et suggestions. «Consciente de l’importance d’un tel projet, l’Assemblée de fabrique souhaite que quelle que soit la décision, elle soit prise dans l’harmonie et le respect des paroissiens actuels comme de ceux qui les ont précédés», peut-on lire dans le semainier paroissial.

L’église Saint-Jean-de-Brébeuf vue de la mosquée de Trois-Rivières.

En Mauricie, depuis 2010, cinq églises ont été démolies, et depuis 1988, une douzaine ont été vendues.

En raison d’une clause de confidentialité concernant ce dossier, le Centre culturel islamique de la Mauricie a préféré ne pas commenter.