Jean-Philippe Wauthier est l’un des ambassadeurs du Défi 28 jours sans alcool.

Défi 28 jours sans alcool: agir pour sensibiliser

Trois-Rivières — Comme un peu partout au Québec, plusieurs personnes dans la région relèveront au cours du mois de février le Défi 28 jours sans alcool, une initiative mise sur pied par la Fondation Jean Lapointe.

En plus de permettre de parler davantage des conséquences dévastatrices que peut avoir la consommation excessive d’alcool pour plusieurs personnes et leur entourage, ce défi permet d’amasser des fonds servant à financer des activités de sensibilisation auprès des jeunes afin qu’ils prennent conscience des impacts que peut avoir cette problématique. Dans la région, la tâche d’animer ces ateliers, qui se tiennent généralement dans les écoles, revient à Mathieu Lafontaine, et ce, depuis maintenant huit ans. L’éducateur spécialisé en a d’ailleurs tenu un en début de semaine au Séminaire Saint-Joseph à Trois-Rivières.

Ce dernier explique que l’approche qui est préconisée dans ces ateliers de sensibilisation, qui sont offerts gratuitement aux écoles, est très imagée.

«On ne parle pas des substances, car on ne veut pas piquer leur curiosité. J’utilise plutôt des exemples pour expliquer les types de consommation soit l’usage, l’abus et la dépendance. Plusieurs croient que l’usage, ce n’est pas dangereux. Je leur raconte donc que si je vais dans une fête et que je mange du gâteau et que je n’en ai jamais mangé, ça peut avoir des effets. Je peux aimer ça, ça peut me donner mal au ventre ou je suis peut-être allergique à un ingrédient. Même si c’est un petit morceau, il y a des risques. On les fait également participer beaucoup. On essaie de les faire discuter entre eux», explique l’éducateur spécialisé. Par ailleurs, il précise qu’il doit suivre des formations de mise à niveau sur une base annuelle.

Ces ateliers sont destinés spécifiquement aux élèves de première secondaire. Selon les statistiques, les jeunes font leur première expérience de consommation pendant l’été entre la première et la deuxième année du secondaire, d’où la volonté de cibler cette tranche d’âge.

«Ce que l’on veut, c’est retarder le plus tard possible la consommation ou l’empêcher», poursuit M. Lafontaine.

Des porte-parole de marque

En plus des nombreux participants, la Fondation Jean Lapointe peut compter sur plusieurs personnalités bien connues au Québec qui ont accepté d’agir à titre de porte-parole. Pour une deuxième année, le populaire animateur Jean-Philippe Wauthier fait partie des ambassadeurs du défi et a accepté de le relever à nouveau.

«Je côtoie des itinérants régulièrement dans mon quartier à Montréal et c’est fou de voir les ravages que l’alcool et la drogue peuvent faire. Je suis chanceux de ne pas être une personne qui développe des dépendances mais ce n’est pas tout le monde qui est comme ça. Je trouve donc important de poser un geste qui permet de mettre cette problématique à l’avant-plan», mentionne l’animateur.

Par ailleurs, celui qui est à la barre de La soirée est (encore) jeune à la première chaîne de Radio-Canada et qui pilotera une quotidienne à la télévision à compter du 1er avril sur les ondes d’ICI Radio-Canada télé estime que les activités de sensibilisation qui se tiennent grâce à l’argent amassé dans le cadre du défi constituent une très belle initiative, car elles permettent d’attaquer le problème à la source.