Le recteur de l’UQTR, Daniel McMahon.
Le recteur de l’UQTR, Daniel McMahon.

Déconfinement très progressif à l’UQTR

Brigitte Trahan
Brigitte Trahan
Le Nouvelliste
TROIS-RIVIÈRES — Même si la session d’été se fera en mode télétravail, l’UQTR amorcera un déconfinement très progressif au cours des deux prochaines semaines, a annoncé vendredi le recteur, Daniel McMahon. La préoccupation des recteurs, rappelle-t-il, c’est de reprendre dès que possible les activités de recherche.

L’UQTR, dit-il, a reçu à ce chapitre l’appui «indéfectible et probablement très décisif» du ministre Jean Boulet, souligne M. McMahon. Tous les professeurs ont donc été récemment avisés de la reprise possible des activités de recherche, non seulement dans les laboratoires, mais également sur le terrain.

Cette reprise, dit-il, se fera «de manière très méthodique». À ce chapitre, l’UQTR travaille de près avec l’Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et sécurité au travail et selon des directives très précises.

«On a du temps» pour réaliser ce déconfinement, fait valoir le recteur. Le télétravail fonctionne bien, dit-il. «Le télétravail doit demeurer comme un outil privilégié pour toutes les personnes dont les tâches peuvent être accomplies de cette façon-là», insiste-t-il.

Les chercheurs qui pourront se déconfiner devront d’abord suivre une formation en ligne en santé et sécurité au travail. Ils devront également compléter un outil diagnostique qui fait une grille d’évaluation des risques et obtenir un formulaire d’engagement de la part de tous les membres de l’équipe de recherche. Ce n’est qu’après cela qu’ils pourront faire une demande de reprise des activités qui sera alors évaluée.

L’UQTR a aussi obtenu l’autorisation de reprendre des activités autres que l’enseignement. On parle ici du service de l’approvisionnement, des travailleurs de la construction, des employés au niveau des technologies de l’information, illustre le recteur.

Au chapitre de la construction, ce dernier précise que le projet de construction d’un deuxième pavillon, au campus de Drummondville, suit toujours le calendrier prévu car les appels d’offres sont prévus pour se faire en juin, alors que la construction aura déjà repris depuis le 11 mai.

Aucun effort ne sera ménagé, dit-il, pour assurer la protection des personnes, incluant le port d’équipements «si nécessaire».

Le recteur prévient que l’UQTR ne veut voir personne, sur le campus, qui est porteur de la COVID-19, qui présente des symptômes ou dont un des proches est atteint de la maladie. Plusieurs personnes à l’UQTR sont âgées de plus de 70 ans. Elles sont invitées à poursuivre leur télétravail, précise-t-il.

«La situation personnelle, familiale, sociale de chaque individu va être prise en considération dans la reprise des activités», dit-il.

Le recteur ajoute que tant qu’un vaccin n’est pas disponible, il n’est pas question de ramener tout le monde sur le campus comme avant.