La CNESST pointe du doigt une gestion déficiente sur un chantier où un travailleur d'une soixantaine d'années a perdu la vie, en mai dernier sur la rue Bellefeuille à Trois-Rivières.

Décès d'un travailleur en mai: la CNESST présente son rapport d'enquête

La CNESST pointe du doigt une gestion déficiente sur un chantier où un travailleur d'une soixantaine d'années a perdu la vie, en mai dernier sur la rue Bellefeuille à Trois-Rivières.
Selon le rapport d'enquête rendu public mercredi, la «gestion relative au contrôle de l'énergie lors des travaux d'ajustements des freins de la remorque était déficiente».
On se souviendra que le 15 mai dernier, le travailleur Camille Gagné qui oeuvrait pour la compagnie Transport R. Larouche et fils de Roberval, se trouvait sur un terrain de la rue Bellefeuille à Trois-Rivières.
Il a été écrasé par une remorque sous laquelle il effectuait un ajustement mécanique. C'est que le conducteur du camion, qui ignorait la présence du travailleur sous la remorque, a déplacé le véhicule pour procéder à un chargement. Le travailleur a alors été écrasé sous les roues de la remorque. Son décès a été constaté au centre hospitalier.
Outre le fait que l'homme ait été écrasé, la CNESST retient une autre cause pour expliquer l'accident, soit la gestion déficiente du contrôle de l'énergie lors des travaux d'ajustement des freins.
«Le jour de l'accident, aucune procédure de contrôle des énergies n'était disponible pour procéder à la maintenance de la remorque. En effet, le travailleur qui réparait les freins n'avait pas la clé du camion en sa possession. Il n'y avait pas de cales sous les roues et aucune vérification de la localisation du travailleur n'a été faite avant de déplacer le camion», peut-on lire dans le compte-rendu de la CNESST.
L'organisme a exigé que l'employeur élabore une procédure de travail sécuritaire pour les interventions sur les remorques à l'extérieur du garage de l'entreprise, ce qui fut fait dès le lendemain de l'accident.