Le cheval mort dans un rodéo à Saint-Tite avait une prédisposition morphologique.

Décès d'un cheval au rodéo: la maltraitance écartée

Le cheval mort dans un rodéo à Saint-Tite le 28 mai dernier serait décédé en raison d'une prédisposition morphologique, non pas de mauvais traitements.
Un rapport réalisé par le service diagnostic de la Faculté de médecine de l'Université de Montréal montre que la fracture de la vertèbre ayant causé la paralysie du cheval provient d'une zone de faiblesse dans sa colonne vertébrale.
«Ce type de lésion a été observé chez Grady [le cheval en question]; la lésion est donc extrêmement sévère pour l'intégrité de la moelle épinière, entraînant un processus aigu et grave entraînant la paralysie subite comme ce fut le cas ici», peut-on lire dans un communiqué du Festival western de Saint-Tite.
Rappelons qu'un vétérinaire a dû euthanasier Grady, un Hongre de 6 ans, des suites de la blessure. Le communiqué du Festival a indiqué qu'un événement comme celui-là est extrêmement rare et qu'en 50 ans d'histoire, c'est le premier cas répertorié.
Rappelons que l'incident est survenu peu de temps après qu'une injonction eut été émise par un professeur de l'Université de Montréal à l'endroit d'un rodéo chapeauté par le Festival western de Saint-Tite à Montréal. L'injonction avait toutefois été retirée après qu'un règlement à l'amiable soit intervenu.