On voit ici Clément Vincent en novembre 2012 devant un édifice du Parc industriel et portuaire de Bécancour nommé en son honneur en compagnie du président-directeur général de la Société du Parc, Maurice Richard.

Décès de l’ancien député Clément Vincent

Trois-Rivières — L’ancien député Clément Vincent est décédé, mardi dernier à l’hôpital Sainte-Croix de Drummondville, à l’âge vénérable de 86 ans.

Plusieurs le considèrent comme le père du Parc industriel et portuaire de Bécancour et de l’École nationale de police du Québec de Nicolet.

Au cours de sa carrière en politique, il a notamment été élu député progressiste-conservateur à la Chambre des communes dans Nicolet-Yamaska en 1962. Après avoir été réélu en 1963 et en 1965, il a démissionné en mai 1966. La même année, il a été élu député de l’Union nationale dans Nicolet. Il a été réélu en 1970 dans la même circonscription et défait en 1973 alors que le comté avait changé de nom pour Nicolet-Yamaska. Pendant son passage sur la scène provinciale, il a été ministre de l’Agriculture et de la Colonisation. Il a par la suite occupé le poste de directeur général de l’Union nationale en 1975 et en 1976.

Son implication politique avait débuté en 1959 alors que les citoyens de Sainte-Perpétue l’avaient choisi comme maire.

En novembre 2012, un édifice du Parc industriel et portuaire de Bécancour a été nommé en son honneur. La Ville de Bécancour lui avait rendu un hommage similaire en 1979 en identifiant l’une des rues du centre urbain de Sainte-Angèle à son nom.

L’actuel député de Nicolet-Bécancour à l’Assemblée nationale, Donald Martel, salue son dévouement au service de ses concitoyens et se dit attristé par sa mort. De plus, il tient à rappeler qu’il est à l’origine de plusieurs réalisations qui font, encore aujourd’hui, partie du paysage de la région.

«Il en a fallu de la vision, de la détermination et du pouvoir de persuasion pour convaincre les décideurs de l’époque de donner une nouvelle vocation à l’auguste séminaire de Nicolet et le transformer en institution vouée à la formation des policiers. Tout le monde reconnaît aujourd’hui que l’arrivée de l’ENPQ a été un formidable moteur pour le développement de toute notre région et nous le devons en grande partie à cet homme de vision», souligne entre autres le député.

Les funérailles auront lieu le samedi 14 avril, à 11 h 30, à l’église de Sainte-Perpétue.