Sur cette photo prise en juin 2010, on aperçoit Denis Chrétien, alors membre de la Corporation du parc des Chutes de Sainte-Ursule, et, à l'avant, le maire de Sainte-Ursule, Réjean Carle

Décès de Denis Chrétien: «Il a été mon mentor»

SAINTE-URSULE — «Il a été très compétent pour Sainte-Ursule. Je lui lève mon chapeau.»

Réjean Carle n’a que de bons mots pour souligner la mémoire de Denis Chrétien. Ce dernier, maire de Sainte-Ursule de 1997 à 2005, est décédé le 10 janvier à Trois-Rivières à l’âge de 78 ans. C’est lui qui était aux commandes du conseil lorsque M. Carle a amorcé sa carrière politique en 2003, d’abord comme conseiller. Deux ans plus tard, il lui succédait à la mairie, car M. Chrétien voulait passer les rênes à quelqu’un d’autre.

«Il a été mon mentor. Durant mes quatre premières années à la mairie, je l’appelais pour certains dossiers et il m’a donné un coup de main. Et quand j’ai été maire, il s’est impliqué au comité du parc des chutes», raconte M. Carle, maire de la localité.

Reconnu pour son franc-parler et sa détermination, M. Chrétien a mené différents dossiers importants au cours de son séjour à la mairie. Il a entre autres participé à la démolition du vieux couvent des soeurs de la Providence et investi dans la sécurité contre les incendies. À la MRC, il a été impliqué de près dans le lancement du transport collectif. Il a été le préfet suppléant de 2001 à 2004.

«M. Chrétien était un homme honnête, informé, qui était capable de tenir son bout. Mais il pouvait aussi changer d’idée sur un sujet», poursuit M. Carle.

Denis Chrétien a fait carrière dans le domaine de l’éducation. Il a été enseignant et directeur général de la défunte Commission scolaire de Grandpré qui couvrait le territoire ouest de l’actuelle Commission scolaire du Chemin-du-Roy.

Une liturgie de la parole aura lieu samedi à la maison funéraire régionale Richard de Louiseville.