La décision de Fred Pellerin de renoncer à son projet de salle de spectacle a déçu les commerçants de Saint-Élie-de-Caxton.

Déception chez les commerçants de Saint-Élie-de-Caxton

Saint-Élie-de-Caxton — La décision de Fred Pellerin d’abandonner son projet de salle de spectacles déçoit grandement les commerçants de Saint-Élie-de-Caxton. Ce projet de 300 places aurait eu des retombées positives pour leur entreprise, estiment-ils.

«Je trouvais que c’était un très bon projet, notamment pour la culture, déplore Robin Laporte, propriétaire du restaurant Le Prince Élie. C’est dommage.»

Laurence Baillargeon, propriétaire du magasin général Chez Méo, est également déçue de la tournure des événements. «C’est dommage, c’était un super projet, avec des retombées positives pour les commerçants et la communauté», souligne-t-elle.

Cette déception semble être unanime chez les commerçants de la municipalité rendue célèbre par son conteur. Les restaurateurs auraient certes profité de la clientèle qu’aurait amenée la salle de spectacles, mais les entreprises qui offrent de l’hébergement perdent également une belle occasion d’augmenter leur chiffre d’affaires.

«Économiquement parlant, c’était bon pour tout le monde ici, estime Simon Lafontaine, copropriétaire du resto-gîte Le Lutin Marmiton. Ça aurait ramené des gens. Il y a déjà des spectacles que Fred a faits dans le village et qui avaient attiré beaucoup de gens. Il y aurait eu de bons projets qu’on aurait pu développer avec ça. C’est sûr qu’on aurait eu d’autres opportunités.»

M. Lafontaine ne doute toutefois pas que d’autres projets viendront contribuer au développement de Saint-Élie-de-Caxton.

Cette nouvelle tuile qui s’abat sur la municipalité, après la saga entourant la dernière édition de la Féérie de Noël et l’arrêt des balades en carriole, incite cependant les propriétaires du Rond Coin à remettre à plus tard un projet d’agrandissement. L’occasion semblait pourtant idéale, en particulier avec la remise en question de l’avenir de la station touristique Floribell, qui a d’ailleurs fermé pour l’hiver.

Climat de tension

Lorsqu’il a annoncé que son projet n’irait pas de l’avant, lundi dernier, Fred Pellerin a évoqué la question du changement de zonage nécessaire pour qu’il puisse avoir lieu. Le conteur avait indiqué n’avoir jamais eu de réponse de la part de la Municipalité sur cette question. Le maire de Saint-Élie-de-Caxton, Robert Gauthier, s’était défendu en indiquant que la demande de changement de zonage avait été adoptée en février par le conseil municipal, ce qui est effectivement le cas.

Le premier magistrat et Fred Pellerin n’en étaient pas à leur première mésentente. Le célèbre conteur mauricien ne faisait pas partie de la dernière édition de la Féérie de Noël, la Municipalité ayant trop tardé avant de renouveler l’entente qu’elle avait avec lui. Pour pallier cette absence, la Municipalité souhaitait faire un montage d’anciens contes racontés par l’artiste, ce qui avait déplu à ce dernier.

Quand on aborde la tension qui s’est installée entre le conteur et le maire Gauthier, plusieurs commerçants marchent sur des oeufs, préférant ne pas attribuer la responsabilité de l’annulation du projet de salle de spectacles à une partie plutôt qu’à une autre. Certains avancent que le projet n’était peut-être pas assez bien ficelé, ou que d’autres raisons que celle du zonage pourraient avoir fait changer Fred Pellerin d’avis. D’autres n’hésitent toutefois pas à accuser la Municipalité d’inaction dans ce dossier.

«Je trouve ça un peu déplorable que la Municipalité ne bouge pas plus que ça en lien avec le tourisme, souligne Marylène Deschênes, copropriétaire du Rond Coin. On a eu une rencontre de commerçants avant les fêtes où ce projet-là se parlait déjà. Tous les commerçants présents avaient dit être très favorables à l’idée et on avait dit (à la Municipalité), on espère que vous allez encourager ça. C’est ce qu’ils avaient dit qu’ils feraient, mais ça ne semble pas être ce qui s’est passé.»

Absence critiquée

Plusieurs commerçants de Saint-Élie-de-Caxton ont récemment participé à une activité de réseautage organisée par Tourisme Maskinongé et la Chambre de commerce de la MRC de Maskinongé à Sainte-Angèle-de-Prémont. Or, selon eux, les représentants de leur municipalité brillaient par leur absence.

«J’ai demandé à ceux qui ont organisé l’événement si Saint-Élie avait été invité et ils m’ont dit que oui, mais qu’ils n’avaient eu aucune réponse, dénonce Mme Deschênes. Je ne sais pas si c’est parce qu’ils ne veulent plus s’investir ou si c’est parce qu’ils sont en remaniement, mais il y a quelque chose qui se passe. En tout cas, j’ai l’impression qu’il y a un manque de transparence envers la population. Surtout que maintenant, on a une directrice du tourisme, des communications et du loisir. Alors un événement où on est là pour réseauter, apprendre à connaître l’activité touristique des villages autour, une personne aurait dû être présente.»

La commerçante a d’ailleurs fait part de son mécontentement à la Municipalité, qui lui a répondu que l’événement «ne s’alignait pas sur leurs priorités».

Simon Lafontaine était également présent à cette activité. Il estime lui aussi que la Municipalité a raté une belle occasion de bonifier son offre touristique.

«Si elle (la Municipalité) avait été là, ç’aurait fait plus d’informations à dire si les gens viennent poser des questions durant l’été, croit-il. Personnellement, je considère que ç’aurait été une bonne chose qu’ils soient là. Peut-être qu’ils avaient mieux à faire ou que ce n’est pas dans leur vision, mais c’est sûr qu’il y a un petit manque à ce niveau-là.»