Le BAPE tenait mardi soir des consultations publiques sur les projets de création des réserves de la biodiversité et aquatique en Mauricie.

Début des consultations publiques du BAPE

SHAWINIGAN — Le Bureau d’audiences publiques sur l’environnement a débuté mardi soir à Shawinigan sur le projet de création de douze réserves de la biodiversité et une réserve aquatique en Mauricie. Les intervenants de différents ministères ont présenté les détails des projets, avant de répondre aux questions des personnes présentes.

Si la rencontre avait lieu à Shawinigan, il était également possible d’y assister à La Tuque par visioconférence. Une webdiffusion permettait aussi de suivre les présentations sur Internet. Une quarantaine de personnes ont assisté à cette première soirée de consultations publiques.

Les réserves de biodiversités projetées sont celles de Grandes-Piles, de la Seigneurie-du-Triton, de la Vallée-Tousignant, des Basses-Collines-du-Lac-Coucou, des Basses-Collines-du-Lac-au-Sorcier, des Buttes-et-Basses-Collines-du-Lac-Najoua, des Îles-du-Réservoir-Gouin, du Brûlis-du-Lac-Oskélanéo, du Canyon-de-la-Rivières-aux-Rats, du Lac-Wayagamac, Judith-De Brésoles et de Sikitakan Sipi. La réserve aquatique concernée par cette consultation est celle de la Rivière-Croche.

Le statut des réserves de la biodiversité empêche essentiellement les activités industrielles, comme les coupes forestières ainsi que l’exploitation minière ou gazière.

Une des questions du public touchait aussi les baux de villégiatures. Actuellement, près de 250 baux sont situés sur les territoires concernés par les projets de réserves de la biodiversité. Les représentants du ministère de l’Environnement et de la Lutte aux changements climatiques ont expliqué que les villégiateurs pourront continuer de jouir du territoire. Il n’y aura toutefois pas de nouveaux baux de villégiature d’émis dans ces secteurs protégés.

Les citoyens présents mardi soir ne pouvaient que poser des questions pour obtenir des informations sur les projets de réserves de biodiversité. Il n’était toutefois pas possible pour les citoyens d’émettre des opinions. Ceux qui souhaitent le faire pourront présenter un mémoire au BAPE ou faire une présentation verbale à compter du 15 avril. Les modalités pour déposer des mémoires peuvent être consultées sur le site Internet du BAPE.