Début de l’enquête préliminaire d’une ex-notaire et de son mari

TROIS-RIVIÈRES — L’enquête préliminaire d’une ex-notaire de Trois-Rivières, Marie-France Garceau et de son mari Robert Tremblay, a commencé plus tôt cette semaine au palais de justice de Trois-Rivières pour des fraudes et des vols commis à l’encontre de deux sœurs aujourd’hui décédées.

Entre le 18 octobre 2013 et le 21 février 2014, ils auraient en effet subtilisé une partie de la succession d’une femme, décédée accidentellement à l’âge de 83 ans le 8 juillet 2013, et ce, pour plusieurs centaines de milliers de dollars. Cet argent aurait dû être versé à sa sœur mais celle-ci est décédée le 15 février 2014 à l’âge de 87 ans. Une enquête avait dès lors été menée par la police.

Mme Garceau, qui était notaire en 2013 dans un cabinet du secteur Cap-de-la-Madeleine, aurait été mandatée pour s’occuper de la succession de la présumée victime mais elle en aurait plutôt profité pour se livrer à un abus de confiance criminel. Toujours selon l’acte d’accusation autorisé par le procureur de la Couronne Me Benoît Larouche, elle aurait donc détourné à titre de fiduciaire la succession à son propre bénéfice sans y être autorisée.

Et puis, toujours au cours de la même période, elle et son mari auraient utilisé frauduleusement une carte de débit de la Banque nationale du Canada sachant qu’elle avait été obtenue par la commission d’une infraction. À cela, il faut ajouter un chef de fraude et deux chefs de vol contre l’héritière et la succession. Cet argent aurait été utilisé à leur bénéfice personnel.

L’enquête préliminaire, présidée par le juge Jacques Trudel, devrait durer toute la semaine. Une douzaine de témoins seront entendus dont des commerçants, des employés des institutions financières et des policiers. Une ordonnance de non-publication nous interdit de dévoiler le contenu de la preuve et des témoignages entendus. Le couple est défendu par Me Alexandre Biron et Me Simon Gélinas.

En ce qui concerne plus précisément Mme Garceau, elle n’est plus notaire depuis le 14 mars 2014 parce qu’elle a démissionné. Une plainte avait toutefois été logée en juillet 2014 à l’ordre disciplinaire de la Chambre des notaires.