La directrice générale de l'Association des pourvoiries de la Mauricie, Valérie Fortin.

Début de la saison de pêche: le temps froid complique la vie des pourvoyeurs

Avec les températures froides qui persistent, le printemps qui tarde à se pointer le bout du nez, les inquiétudes des pourvoyeurs de la région commencent à se faire sentir à l'approche de la saison de pêche qui débutera dans les prochains jours. La situation est préoccupante certes, mais loin d'être alarmante pour le moment et le froid pourrait donner une excellente saison de pêche dans certains cas.
«Chaque année, à moins d'un printemps exceptionnellement chaud, c'est toujours le même rush du départ. On est dépendant de mère Nature et ça fait partie de la réalité des entreprises et de l'industrie. C'est comme ça chaque année, mais il y en a qui ont peur», a souligné d'entrée de jeu Valérie Fortin, la directrice générale de l'Association des pourvoiries de la Mauricie.
Ce n'est pas juste les lacs qui inquiètent les pourvoyeurs, les chemins d'accès également. Certains chemins secondaires sont encore gelés et il est impossible pour l'instant de faire l'entretien nécessaire pour l'ouverture de la saison.
«À certains endroits, les chalets sont difficilement accessibles, et il y a de la maintenance à faire avant l'arrivée des clients. [...] C'est incontrôlable et ça requiert une bonne logistique. Cela a des impacts sur la planification des travaux et sur toute la main d'oeuvre saisonnière», ajoute Valérie Fortin.
C'est le cas notamment de la Seigneurie du Triton à Lac-Édouard. Pour accéder au site, on doit s'y rendre par voie navigable. Pour les propriétaires, Annie Tremblay et Nicolas Bernard, il est impératif d'être en mesure de se rendre avant afin de préparer l'arrivée de la clientèle adéquatement. 
«On souhaite que ça ne retarde pas trop la saison, mais on s'ajuste au fur et à mesure. Dans les dernières années, ça nous est arrivé une seule fois de retarder de trois jours et on ne veut pas le revivre. On a environ 20 appels par jour de clients qui veulent vérifier si nous sommes prêts. Oui on est prêts, mais est-ce qu'on va être ouvert? C'est un sujet tabou!», a souligné M. Bernard.
Plus au sud, à la Pourvoirie du lac Blanc à Saint-Alexis-des-Monts, on surveille également la situation de près. Daniel Grenier estime que la situation ressemble beaucoup à celle de 2011. «Ça va peut-être retarder de quelques jours. On suit l'état de la situation de jour en jour», a affirmé le directeur des ventes et du marketing de l'établissement.
Si certains ont pris l'initiative de repousser leur clientèle d'une semaine afin d'assurer une qualité de pêche, d'autres prévoient le début de leur saison un peu plus tard pour éviter ce genre de désagrément. 
«Nous ouvrons le 15 mai, donc si ça continue comme ça et que la température continue de grimper, on n'est pas inquiets du tout. C'est plus les pourvoyeurs qui ouvrent leurs portes en avril qui peuvent avoir des problèmes. L'eau va être encore assez froide et ça va être très bon pour la pêche», mentionnait Léa Farrar de la Pourvoirie du lac Oscar.
Même son de cloche pour les gens du Triton qui affirment que l'eau froide allonge un peu le meilleur moment de la saison de pêche. «Ça va aider, c'est de la truite mouchetée que nous avons dans l'ensemble du territoire et il ne faut pas oublier que c'est un poisson d'eau froide. Plus il fait froid longtemps au printemps, meilleur c'est», a lancé Nicolas Bernard. 
Pourvoirie de la relève
Les Pourvoiries de la relève en sont à leur troisième édition. Le regroupement de 15 pourvoiries de la Mauricie qui veut encourager la relève, la mise en valeur de la faune et diversifier la clientèle, offre cette année des forfaits et des incitatifs sous le thème Pêchement pourvoirie. Il y a trois créneaux, pêchement femme, pêchement famille, et pêchement bureau. 
«On vise vraiment à attirer cette clientèle-là qui commence à fréquenter les pourvoiries [...] La relève n'est pas fidèle, c'est différent. Il y a un défi de séduction. On voyage beaucoup avec nos familles et c'est la tendance qui se dessine dans les forfaits», a expliqué Valérie Fortin, directrice générale de l'Association des pourvoiries de la Mauricie.
Encan virtuel
Par ailleurs, dix pourvoiries de la Mauricie ont décidé de s'unir pour une cause en organisant une édition spéciale de l'encan virtuel «Vacances en pourvoiries». Durant tout le mois d'avril, les gens pourront miser sur un forfait de pêche ou de plein air en s'inscrivant sur le site Web de l'Association des pourvoiries de la Mauricie au www.naturemauricie.com.
Celui qui aura la plus haute mise à la date de fin de l'encan pourra donc se prévaloir du forfait au prix misé. La valeur des forfaits mis à l'encan totalise près de 5500 $. La totalité des profits amassés sera versée à Ingrid Robidas, une jeune mère de famille qui mène un combat contre un cancer de l'ovaire. La femme doit prendre des traitements qui ne sont pas couverts par la Régie de l'assurance-maladie du Québec.
«Nous souhaitons de tout coeur que cet encan puisse faire une différence pour Ingrid et nous lui souhaitons la meilleure des chances», a lancé Valerie Fortin.
Les dix pourvoiries participantes sont: Club Oswego, Domaine Touristique La Tuque, La Pourvoirie du lac Oscar, Les Chalets Gouin, La Seigneurie du Triton, Pourvoirie Domaine Desmarais, Pourvoirie du Barrage Gouin & Magnan, Pourvoirie du lac Tessier, Pourvoirie Kanawata et la Pourvoirie Rothman.