Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Le créateur de la Fondation Jean-Pierre Despins, René Bérubé souhaite inciter les entreprises et commerçants de la région à inscrire leur défibrillateur sur l’application mobile DEA-Québec.
Le créateur de la Fondation Jean-Pierre Despins, René Bérubé souhaite inciter les entreprises et commerçants de la région à inscrire leur défibrillateur sur l’application mobile DEA-Québec.

DEA-Québec: une application qui peut sauver des vies

Amélie Houle
Amélie Houle
Le Nouvelliste
Article réservé aux abonnés
Ceux et celles qui ont déjà été témoins d’un événement où une personne était en arrêt cardio-respiratoire (ACR) dans un lieu public le savent, les premières minutes sont primordiales, mais surtout, les défibrillateurs installés dans les lieux publics peuvent faire une grande différence pour éviter des décès. Mais encore faut-il savoir au préalable que le commerce ou l’entreprise en question en possède un. Bien que la Fondation Jacques-de Champlain a justement créé une application mobile à cet effet en 2015 qui répertorie les défibrillateurs de la province les plus près, cette dernière reste encore méconnue dans certaines régions du Québec, dont en Mauricie et au Centre-du-Québec.

En effet, alors que plus de 3500 DEA sont enregistrés sur l’application à travers la province, les régions de la Mauricie et du Centre-du-Québec semblent tirer quelque peu de l’arrière à ce sujet, alors qu’on y retrouve seulement 84 appareils enregistrés en Mauricie principalement situés à Trois-Rivières, La Tuque et Shawinigan et 126 défibrillateurs enregistrés sur ladite application au Centre-du-Québec, principalement à Drummondville et Victoriaville.

Le fonctionnement de DEA-Québec qui vise entre autres à améliorer la survie après un arrêt cardio-respiratoire en permettant aux premiers intervenants d’aller chercher le DEA le plus près pour minimiser le délai avant la défibrillation lors d’un ACR est pourtant fort simple.

«C’est très simple, l’application est disponible autant sur IOS et Android et c’est gratuit et ça nous permet une fois que l’application est installée sur nos téléphones, si jamais il arrive un arrêt cardiaque ou une situation d’urgence, en quelques secondes, de savoir où sont les défibrillateurs enregistrés sur l’application à l’endroit le plus près. Il faut toutefois que les entreprises les inscrivent au préalable», explique Jean-Philippe LaRose, porte-parole de la Fondation Jacques-de Champlain qui souhaite rappeler qu’en juillet 2018, un homme a été sauvé grâce à la présence d’un DEA au Costco de Trois-Rivières. 

C’est d’ailleurs dans cette optique que la Fondation médicale Jean-Pierre Despins m.d. qui a pignon sur rue au Centre-du-Québec, à Saint-Léonard-d’Aston, a récemment été approchée par la Fondation Jacques-de Champlain afin de faire partie de l’application.

«La Fondation Jacques-de Champlain a entendu parler de nous à cause de notre présence dans les médias et à partir de là, ils nous ont contactés, car ici, dans la région Mauricie et Centre-du-Québec, c’est une région où il y a très peu de défibrillateurs sur leur carte et eux voudraient les mettre sur leur application pour que les gens qui viennent dans la région et qui ont un problème cardiaque soient au courant des endroits où il y a des défibrillateurs à proximité», souligne le créateur de la Fondation Jean-Pierre Despins, René Bérubé, qui a lui-même été sauvé en 2006 par ce type d’appareil.

C’est que les 14 défibrillateurs offerts gratuitement à neuf municipalités du Centre-du-Québec par la Fondation Despins au cours des dernières années n’étaient jusqu’à maintenant pas répertoriés sur l’application mobile. Si M. Bérubé, tout comme de nombreuses autres personnes dans la région ne connaissaient auparavant pas l’existence d’une telle application, il a cependant rapidement adhéré à cette dernière et a partagé la liste de leurs emplacements au projet DEA.

«En plus d’avoir inscrit les défibrillateurs à l’application, on est aussi en train d’installer des panneaux d’affichage à l’avant des bâtisses pour montrer qu’il y en a un là», précise-t-il.

Si René Bérubé souhaite inviter les gens à télécharger l’application DEA-Québec sur leur téléphone intelligent, ce dernier souhaite également inciter les entreprises et commerçants de la région à inscrire le leur sur l’application mobile.

«Je veux inviter les commerçants et les entreprises à inscrire leur défibrillateur sur l’application dans le but de sauver des vies, car c’est prouvé que les défibrillateurs sont très efficaces. Et contrairement à ce que plusieurs peuvent penser, ce n’est pas un gadget, mais un équipement très efficace, même si on ne souhaite pas s’en servir.»

Pour savoir comment inscrire son défibrillateur ou pour obtenir plus d’informations, il suffit de consulter le site de la Fondation Jacques-de Champlain.