Des vents pouvant atteindre 275 km/h ont balayé la ville de Fajardo, à Porto Rico mercredi, lors du passage de l'ouragan Irma. Selon les experts, le pire est à venir pour les îles.

De retour au pays sains et saufs

Alors que rien ne laissait présager que l'ouragan Irma s'en venait dangereusement vers eux, une dame de Saint-Léon-le-Grand et son conjoint ont dû écourter leurs vacances en République dominicaine et sont rentrés au Québec mercredi, soit deux jours plus tôt que prévu.
Manon Langevin et son conjoint font en effet partie des voyageurs que le transporteur Air Transat a décidé de rapatrier d'urgence en prévision du passage d'Irma sur cette île des Antilles prisée par les touristes québécois.
«C'était très calme hier (mardi). On voyait que les gens voulaient que personne ne panique. Mais on nous a réveillés vers 3 h 45 ce matin (mercredi) afin de nous dire de ramasser nos choses et nous demander d'être dans le lobby de l'hôtel à 7 h 30 car Transat nous ramenait chez nous. Il y avait donc beaucoup de monde à l'aéroport», raconte la dame.
Même si ses vacances ont été écourtées, Mme Langevin se dit très heureuse d'être de retour au pays et d'être en sécurité.
«On a vu les images de Saint-Martin, alors je suis très contente d'être rentrée plus tôt. Sinon, je crois que ça aurait été l'enfer. Mais les personnes là-bas n'étaient vraiment pas nerveuses», poursuit-elle.
En début de soirée mercredi, la dame ne savait pas encore exactement quel sera le dédommagement qu'elle va recevoir pour compenser les deux jours de vacances perdus. Mais selon des informations préliminaires qu'elle a obtenues, elle s'attend à recevoir un crédit qui sera applicable lors de l'achat d'un prochain voyage.
«Je crois que ceux qui étaient arrivés depuis moins de 48 heures seront remboursés complètement», indique-t-elle.
De son côté, le Trifluvien Guy Mercure n'a pas été en mesure de connaître l'ampleur des dégâts qu'a causés Irma lors de son passage sur l'île de Saint-Martin, où il vit depuis 12 ans et gère une quinzaine d'unités de logement qu'il loue aux touristes.
Comme c'est généralement le cas en cette période de l'année, M. Mercure se trouve présentement au Québec. Selon lui, les communications sont très difficiles avec la petite île depuis le passage de l'ouragan de catégorie 5. Néanmoins, il s'est procuré, mercredi, un billet d'avion afin de rentrer à Saint-Martin dimanche prochain.