La plage de l'île Saint-Quentin est très populaire.

De nouvelles victimes de la chaleur, dont une probable en Mauricie

Le bilan de la vague de chaleur exceptionnelle qui sévit dans l'est du Canada s'est alourdi au cours des dernières heures. On dénombre 16 décès pouvant être liés à la chaleur au Québec. Un premier décès pourrait d'ailleurs avoir été enregistré dans la région de la Mauricie. De plus, les cas de coups de chaleur et d'épuisement se sont multipliés, alors que des travailleurs ont été incommodés et que des services ambulanciers ont été débordés.

Des avertissements de chaleur restent en vigueur pour une large portion de territoire allant de l'est du lac Supérieur jusqu'à l'Île-du-Prince-Édouard. Environnement Canada ne prévoit pas de diminution de la chaleur et de l'humidité avant vendredi dans la plupart des régions de l'est du pays.

Au quatrième jour de cet épisode de chaleur, cinq autres cas de décès ont été confirmés mercredi matin par le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) du Centre-Sud-de-l'Île-de-Montréal. Mardi, six décès avaient été rapportés dans la région montréalaise.

Depuis dimanche, les volumes d'appels reçus chez Urgences-santé à Montréal et à Laval ont grimpé. Plus de 1200 appels par jour ont été enregistrés, ce qui représente une hausse d'environ 30 pour cent par rapport aux journées fort occupées. Nicola D'Ulisse, président et directeur général d'Urgence-santé, a demandé la collaboration des citoyens en les invitant à privilégier plutôt les conseils du 8-1-1, si leur vie n'est pas en danger.

En Estrie, un cinquième cas de décès pouvant être lié à la chaleur a été répertorié. Selon la Dre Mélissa Généreux, directrice régionale de santé publique de l'Estrie, les victimes étaient des adultes âgés ou aux prises avec une maladie chronique. Elle a ajouté qu'une vingtaine de cas de coups de chaleur et d'épuisement avaient été déclarés par les urgences sur les territoires de la région. De plus, elle a révélé qu'au moins trois milieux de travail avaient fait l'objet de plaintes à la Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST).

Au moment où plusieurs régions du Québec sont aux prises avec des températures particulièrement élevées, la CNESST a rappelé aux employeurs et aux travailleurs qu'il était essentiel de prendre les mesures de prévention nécessaires pour éviter un coup de chaleur. Elle a fait valoir qu'un travailleur victime d'un coup de chaleur pouvait souffrir de différents symptômes, tels que des étourdissements, des vertiges et une fatigue inhabituelle. Une longue exposition à une forte chaleur peut aussi donner lieu à des propos confus ou incohérents, à une perte d'équilibre et même à une perte de conscience.

Le Parti québécois a pour sa part déploré que des établissements de santé ne disposent pas d'une climatisation adéquate. Le porte-parole de l'opposition officielle en matière de services sociaux, Dave Turcotte, a demandé au ministre de la Santé et des Services sociaux, Gaétan Barrette, de mettre en place un fonds d'urgence destiné aux directions des établissements de santé, afin de leur permettre de lutter plus efficacement contre la chaleur.