Le maire de Trois-Rivières, Jean Lamarche.

De nouvelles bandes pour... la LHJMQ dans le nouveau colisée?

TROIS-RIVIÈRES — La Ville de Trois-Rivières investira plus d’un demi-million de dollars de plus dans le nouveau colisée qu’elle construit au District 55 afin d’y installer des bandes de patinoires répondant aux normes de la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ). Un investissement qui ne se traduit toutefois pas par la certitude que Trois-Rivières puisse obtenir une équipe de cette ligue à l’intérieur des murs de son colisée, précise le maire Jean Lamarche.

Cette nouvelle dépense de plus de 541 000$ a été adoptée à l’unanimité, mardi midi lors d’une séance extraordinaire du conseil municipal, et comprend également de revoir certaines exigences et d’ajouter une fenêtre coulissante, ce qui n’était pas prévu au contrat initial octroyé à l’entreprise Groupe TEQ, en charge de la construction du colisée selon un processus «clé en main».

Le maire de Trois-Rivières précise d’emblée que cet ajout s’inscrit toujours à l’intérieur de l’enveloppe budgétaire prévue pour le colisée, soit 53,6 M$. Lorsque questionné sur la pertinence de cette dépense étant donné que Trois-Rivières n’avait pas la garantie d’obtenir une franchise de la LHJMQ, Jean Lamarche est plutôt d’avis que la Ville se prépare à toute éventualité en lien avec les futures activités du colisée.

«C’est une occasion qu’on a, contrairement à certains autres amphithéâtres, de pouvoir les avoir au moment de l’installation. C’est un avantage, car oui c’est un coût qui est important, mais on nous a dit que pour certains amphithéâtres au Québec présentement, c’était beaucoup plus que ça. Ça avoisinait le million de dollars parce que le remplacement avait un coût beaucoup plus onéreux», mentionne Jean Lamarche.

Du coup, ce dernier rappelle que tous les amphithéâtres du Québec qui accueillent une équipe de la LHJMQ devront, si ce n’est déjà fait, se munir de ces bandes qui répondent aux nouvelles normes de la ligue.

«C’est un standard maintenant d’avoir ces bandes-là qui sont plus souples. Les amphithéâtres et les patinoires un peu partout au Québec vont devoir se munir de ces bandes-là, qui sont presque un standard pour les équipes majeures», ajoute M. Lamarche. Ainsi, pour Trois-Rivières, l’ajout de cet équipement ne veut pas dire l’obtention d’une franchise, mais ne veut pas dire l’inverse non plus.

«Ça reste une option. On ne se ferme pas de porte, on les garde ouvertes le plus possible. Ça ne veut pas dire que ce sera la LHJMQ et ça ne veut pas dire que ça ne le sera pas non plus. Un tel équipement nous permet d’accueillir, par exemple, des championnats universitaires canadiens. Ça permettrait aussi d’aller chercher des matchs d’exhibition, mais surtout ça nous permet d’avoir un aréna de standard majeur», croit le maire.