La COVID affecte des élèves et des membres du personnel du Séminaire Saint-Joseph.
La COVID affecte des élèves et des membres du personnel du Séminaire Saint-Joseph.

De nouveaux cas de COVID-19 au Séminaire Saint-Joseph

Brigitte Trahan
Brigitte Trahan
Le Nouvelliste
Trois-Rivières — Au cours des derniers jours, les cas de COVID-19 se sont multipliés au Séminaire Saint-Joseph. L’établissement privé a fait parvenir une lettre aux parents, lundi, pour faire le point à ce sujet.

«Nous avons dû isoler trois groupes-bulles en fin de semaine. Des cas se sont aussi multipliés dans certains groupes déjà retirés», explique le Séminaire dans sa missive.

Malgré toutes les précautions prises et le suivi des mesures imposées par la Santé publique, la situation ne touche pas seulement les élèves, mais également des membres du personnel.

Une enseignante, un professionnel et deux surveillantes ont en effet contracté eux aussi le virus. Le directeur, Dany Dallaire, indique que dans le cas du professionnel, ce dernier n’était à peu près pas en contact avec les élèves, «pour ne pas dire zéro.» Personne ne comprend où il aurait pu contracter le virus», dit-il.

Au total, en date de mardi, ce sont six classes qui ont dû être fermées à cause de la COVID-19 au SSJ depuis la rentrée, résume-t-il. 

Fort heureusement, indique Dany Dallaire, un premier groupe confiné depuis la fin de septembre est revenu à l’école vendredi dernier. Un deuxième groupe, retiré depuis le début octobre, reviendra mercredi.

Pour les établissements scolaires, la perte temporaire de personnel en temps de COVID rend le quotidien un peu plus difficile. «Notre déploiement est à revoir présentement et on est en mode action par rapport à ça», raconte le directeur. «Il y a des gens qui ne sont pas attitrés à la surveillance qui vont en faire dans les prochains jours, c’est sûr et certain. On n’aura pas le choix. Ma directrice va en faire un peu. Moi je suis allé faire une petite tournée ce matin (mardi). On a des professeurs remplaçants qui vont peut-être nous donner un petit coup de main, des éducateurs aussi qui vont faire de la surveillance supplémentaire», dit-il. Bref, le SSJ déploie toutes ses ressources pour continuer à bien desservir ses élèves.

Pour ceux qui ne peuvent être à l’école, «les classes continuent à distance. Les élèves qui sont retirés par la Santé publique ont droit à l’enseignement à distance. Ça veut dire que même si je suis le seul de ma classe qui est retiré, mon professeur va ouvrir sa caméra pour que je puisse assister aux cours. Nos profs, là-dessus, sont très proactifs», assure Dany Dallaire.

La direction du SSJ invite chacun à faire preuve de prudence et de vigilance dans le respect des consignes sanitaires. «On va répéter le message et tout mettre en œuvre pour que ça cesse», assure le directeur.

Les règles imposées par la Santé publique, comme le respect des groupes-bulles et le port du couvre-visage, notamment, font en sorte que «certains élèves ne peuvent pratiquement plus côtoyer leurs amis. Quant à la vie parascolaire, également source de motivation pour plusieurs et limitée depuis la mi-septembre (...), elle deviendra inexistante à partir de mercredi», rappelle la lettre aux parents.

L’école rappelle également que les élèves devront porter le couvre-visage en classe et sur les terrains de l’école à partir de mercredi comme c’est le cas pour tous les élèves du secondaire au Québec.

«Il importe donc de concentrer nos énergies sur ce que nous pouvons contrôler pour améliorer la situation», fait valoir la direction. «Dans les circonstances, les enseignants continueront à se déployer à distance pour les groupes confinés tout en ouvrant les portes virtuelles de leurs cours aux élèves isolés par la Santé publique», indique le message.

Ailleurs

Notons que selon la plus récente collecte nationale quotidienne du réseau scolaire public et privé, qui est datée du 9 octobre, il n’y avait pas de nouveaux cas, à ce moment-là, dans la région.

Au Cégep de Shawinigan, un deuxième cas de COVID a été confirmé chez un étudiant le 1er octobre, ce qui porte à deux le nombre de cas dans cet établissement.

Au Cégep de Trois-Rivières, 7 cas avaient été répertoriés entre les 5 et 11 octobre. Un nouveau cas a été signalé le 12 et un autre le 13 octobre, ce qui porte à 25 le nombre de cas pour l’établissement depuis la rentrée.