Québec accorde une aide de 2 millions $ pour les banques alimentaires de la province.

De l’aide pour les banques alimentaires

TROIS-RIVIÈRES — Parmi les nombreuses conséquences de la pandémie de COVID-19, il y a notamment la forte diminution des dons aux banques alimentaires. Alors que les besoins sont criants et pourraient s’accentuer très rapidement, Québec accorde une aide financière de deux millions $ aux banques alimentaires du Québec.

«Pour nous, c’est une très belle annonce. Le partage équitable de ce montant sera fait dans toutes les banques alimentaires du Québec. L’argent va servir à acheter des denrées, car on voit une diminution des arrivages de nourriture», mentionne Geneviève Marchand, responsable des communications à Moisson Mauricie/Centre-du-Québec.

Devant la chute drastique des dons, Moisson Mauricie/Centre-du-Québec travaille avec Banques alimentaires du Québec à la recherche de «donateurs provinciaux». «Le but c’est d’assurer les services pour les gens qui en ont besoin», précise Geneviève Marchand qui avoue que l’approvisionnement actuel ne suffit pas à répondre à tous les besoins de la population.

«Avec la situation économique actuelle et toutes les mises à pied, on s’attend à avoir une hausse des demandes d’aide alimentaire.»

Même son de cloche du côté de Shawinigan, où le Centre Roland-Bertrand a déjà vu une hausse des demandes d’aide alimentaire. Au cours de la dernière semaine, dix-huit foyers se sont ajoutés à la distribution d’aide alimentaire, portant le nombre de demandes hebdomadaires à 160.

Désigné comme étant un comptoir alimentaire, le Centre Roland-Bertrand ne touchera pas directement à l’argent destiné aux banques alimentaires. Moisson Mauricie/Centre-du-Québec s’assure toutefois que les comptoirs alimentaires reçoivent de l’aide.

«On va ainsi pouvoir aider les gens qui en ont besoin», affirme Frédéric Trudelle, directeur général du Centre Roland-Bertrand.