Dans Maskinongé

À Louiseville, Yvon Deshaies sera de la course électorale de 2021. Le maire désire obtenir un troisième mandat d’affilée à cette fonction.

«On a le projet d’agrandissement du parc industriel, il y a le développement domiciliaire, la salle communautaire que j’aimerais réaliser d’ici deux ans avec des subventions. Ce qui m’intéresse, c’est d’aider les gens. J’aime ça, travailler pour les citoyens, monter des projets. Je suis heureux dans ça et j’aime être proche des gens.»

Yvon Deshaies

M. Deshaies fait partie des meubles au conseil municipal de Louiseville. Il a fait son entrée au conseil en 1989 à titre de conseiller. Après 31 ans de vie publique, il affirme avoir toujours autant de plaisir à oeuvrer dans ce domaine.

«J’ai le feu sacré encore plus qu’avant et je suis encore capable d’en donner. Le matin, je me lève en pensant à ce que je peux faire. On a tout le temps des défis au municipal. Il va y avoir de l’ouvrage à faire pour la relance après la COVID. Ça va être difficile pour des gens. Il faudra trouver des moyens. Mais c’est un défi qui m’intéresse. La politique, c’est mon sport. C’est comme la Formule 1. Quand la lumière tombe verte, je mets le gaz au fond!»

D’autre part, M. Deshaies se dit très satisfait de l’ambiance de travail observée au sein du conseil élu en 2017. Le même constat s’applique pour les gens ayant fait partie du conseil en 2013.

«Les relations au conseil vont très bien. Si tout le monde revient en 2021, je n’ai aucun problème avec ça. Mais c’est à eux de prendre la décision.»

Robert Lalonde

Les citoyens de Saint-Léon-le-Grand verront quelque chose de différent sur leur bulletin de vote de 2021. Le nom de Robert Lalonde en sera absent, lui qui occupe la mairie depuis 2005. M. Lalonde est aussi le préfet de la MRC de Maskinongé depuis 2008. «Ma décision est prise depuis la dernière élection. Je suis satisfait de mes années au service des citoyens, je pars la tête haute. Après quatre mandats, on va laisser la place aux jeunes. Il y a sûrement de nouvelles idées qui vont arriver et il faut que ce soit comme ça.»

Le mandat de Robert Lalonde comme préfet de la MRC de Maskinongé prend fin en novembre. Il aimerait bien poursuivre ce travail et celui de président de la Table des élus de la Mauricie jusqu’en novembre 2021.

Robert Landry

Maire de Saint-Étienne-des-Grès depuis 2008, Robert Landry sollicitera un renouvellement de mandat en novembre 2021.

M. Landry veut garder son siège afin de compléter différents projets au sein de la localité.

«Au départ, j’étais là pour deux mandats. Mais au municipal, c’est un peu long à changer la machine, ça prend du temps avant de mettre ça à notre couleur. On veut ajouter un sixième puits d’eau potable parce qu’on est en développement au niveau domiciliaire. Et depuis cinq ans, le système des étangs aérés est à pleine capacité. On est à la recherche d’un nouveau système et on va revoir quel programme de subvention s’applique à notre projet. Je veux régler ça!»

Robert Gauthier

Le maire de Saint-Élie-de-Caxton, Robert Gauthier, affirme ne pas avoir pris de décision quant à la poursuite ou non de sa carrière en politique municipale.

«Je ne suis pas rendu là! J’ai pris un engagement il y a trois ans, j’ai trois ans de fait sur mon offre de service de quatre ans. Il reste des dossiers à travailler et je pense au mandat qu’il reste à faire. Ma priorité est de régler des dossiers en fonction des intérêts de la Municipalité.»

M. Gauthier annoncera ses couleurs vers la fin du printemps ou le début de l’été 2021.

Michel Bourassa

Élu pour la première fois maire de Saint-Alexis-des-Monts en 2013, Michel Bourassa entend poursuivre sa carrière politique. Il sera de l’élection municipale de 2021.

À l’instar de ses collègues d’autres municipalités, M. Bourassa veut ajouter quatre autres années à son implication publique afin de poursuivre la réalisation de différents projets. «On a fait une demande pour un CPE, il y a les travaux dans le rang Baril, les travaux routiers, le 150e de Saint-Alexis en 2021. On a plein de projets. Ça travaille bien au conseil. Ça me tente de continuer et mon équipe aussi», déclare M. Bourassa.

Selon lui, la majorité des conseillers actuels seront de l’élection en 2021.

Michel Lemay

Michel Lemay est loin d’écarter la possibilité de solliciter un quatrième mandat à la mairie de Saint-Barnabé en 2021 même après avoir affronté de la dissension au sein de son conseil durant l’actuel mandat.

M. Lemay devrait annoncer sa décision en mars. Les chances qu’il soumette sa candidature sont bien réelles.

«On a un nouveau directeur général. On a un projet de près d’un million de dollars pour avoir un nouveau centre communautaire qui remplacerait le pavillon de la corvée. Et il y a le défi de la gestion municipale. Ça me tente encore de faire de la politique.»

M. Lemay a été blanchi par la Commission municipale du Québec concernant une accusation de favoritisme dans l’octroi d’un contrat de déneigement. Il affirme avoir tourné la page sur cet épisode.

Pierre Desaulniers

Le maire Pierre Desaulniers se donne jusqu’à la fin du printemps pour peaufiner sa réflexion concernant sa candidature à l’élection générale de Saint-Boniface de 2021. Mais il avoue volontiers que sa pensée se dirige vers cette option.

M. Desaulniers en est à la troisième année de son premier mandat à la mairie. Si d’entrée de jeu, il affirme que sa décision n’est pas arrêtée, il ne faut pas insister très fort pour apprendre qu’il est toujours intéressé par la politique municipale. «Il y a encore des dossiers qui ne sont pas réglés. Il faut investir dans le réseau d’aqueduc. On veut refaire l’égout pluvial au centre du village. On va les régler.»

Serge Dubé

La localité de Saint-Paulin aura assurément une nouvelle personne à la mairie en 2021. Non seulement Serge Dubé avait annoncé qu’il ne solliciterait pas un troisième mandat comme maire, mais il vient tout juste de confirmer sa démission.

M. Dubé habite une résidence pour aînés de Trois-Rivières ayant pris des mesures de confinement depuis que la région est au plus haut palier d’alerte COVID. Il lui est donc plus difficile de se rendre à Saint-Paulin, où il possède une propriété, pour faire son travail d’élu. Sa démission sera effective le 8 novembre.