Une délégation du Groupe Robin était de passage au District 55 de Trois-Rivières lundi afin de visiter le chantier du nouveau colisée. De gauche à droite: le maire de Trois-Rivières Jean Lamarche, la présidente du Groupe Robin Nellie Robin, de même que ses collègues Charles Côté, Danielle Scally et Pierre Holdrinet. Le Nouvelliste a pu prendre part à cette visite, mais pour des raisons de sécurité, la prise d’images n’était pas permise à l’intérieur.
Une délégation du Groupe Robin était de passage au District 55 de Trois-Rivières lundi afin de visiter le chantier du nouveau colisée. De gauche à droite: le maire de Trois-Rivières Jean Lamarche, la présidente du Groupe Robin Nellie Robin, de même que ses collègues Charles Côté, Danielle Scally et Pierre Holdrinet. Le Nouvelliste a pu prendre part à cette visite, mais pour des raisons de sécurité, la prise d’images n’était pas permise à l’intérieur.

Dans les entrailles du nouveau colisée

Paule Vermot-Desroches
Paule Vermot-Desroches
Le Nouvelliste
TROIS-RIVIÈRES — Ça fourmille de plus en plus entre les murs du nouveau colisée du District 55 ces jours-ci. Ce qui n’était, il y a quelques mois, que des fondations coulées sur tout près de 500 pieux s’est transformé en véritable amphithéâtre sportif, où le béton cédera bientôt sa place aux milliers de spectateurs venus encourager les athlètes de la glace. Le Nouvelliste a pu avoir un accès privilégié aux entrailles de ce chantier lundi après-midi.

La visite avait d’abord pour but de faire prendre conscience de l’avancement des travaux aux représentants du Groupe Robin, promoteurs du District 55. Or, nul besoin d’être promoteur de quoi que ce soit pour être impressionné de l’ampleur de cette construction de 53,6 M$ qui devrait être livrée à la Ville au printemps et être officiellement inaugurée à l’automne 2020.

Deux glaces de même dimension, six chambres des joueurs d’un côté, six chambres des joueurs de l’autre, des équipements et des installations répartis sur six étages, une vingtaine de loges corporatives, deux salons VIP, une grande salle de réception, une galerie de presse et des concessions sur tous les niveaux, voilà ce qui attend le public trifluvien qui viendra fréquenter le colisée.

Et lorsqu’on se retrouve au cœur de la glace 1, celle qui pourra accueillir 4300 spectateurs, on nous invite à gravir les marches jusqu’au haut des estrades, une vue qui nous fait réaliser que cet équipement sera dans une classe à part de l’offre sportive trifluvienne. L’espace a été prévu pour y installer une bande lumineuse qui fera le tour de la glace, donnant une impression de Centre Bell (à plus petite échelle évidemment) aux spectateurs.

À l’arrière, sous les estrades de cette grande glace, un long corridor à être aménagé nous est présenté comme la «section de l’équipe professionnelle». Bien qu’on ne connaisse pas encore l’identité de l’équipe qui occupera cette enceinte, on comprend rapidement que l’équipement a été pensé en fonction d’y accueillir une équipe d’envergure, qui aura ses propres quartiers, distincts de ceux réservés aux divers tournois et à l’usage citoyen.

À plusieurs reprises, on se surprend à poser le pied dans une petite crevasse creusée à même le béton. Un défaut de fabrication? Non, nous dira Jacques Paquin, chef de service à la Direction des travaux publics et du génie, responsable de cette visite bien spéciale. Ce sont plutôt les endroits où se trouveront les douches aménagées dans chacune des chambres des joueurs.

Le colisée, une construction de 53,6 M$, devrait être livré à la Ville au printemps et être officiellement inauguré à l’automne 2020.

Le souci d’accommoder les personnes à mobilité réduite est présent à chaque détour du nouveau colisée, avec des espaces spécialement dédiés pour ces personnes afin qu’elles puissent regarder la partie sans être dérangées ou avoir la vue obstruée, des restaurants adaptés et accessibles pour elles de même qu’une billetterie adaptée.

Les espaces VIP de même que la grande salle de réception ont également été pensés en fonction d’y développer une clientèle corporative, où tous les types d’événements pourront y être accueillis.

Rien n’est laissé au hasard, jusqu’au moindre mètre carré laissé vacant sous un gradin qui servira à de l’entreposage. Une salle réfrigérée a même été prévue à l’arrière afin d’y entreposer les poubelles, histoire que personne ne puisse être incommodé des mauvaises odeurs que dégageraient ces détritus. Un plan B pour l’évacuation de la neige des surfaceuses est également prévu s’il fallait que l’entrepôt de neige – le plan A – ne soit pas en mesure de jouer son rôle.

Impressionnée

La présidente du Groupe Robin, Nellie Robin, était en tête de file de cette délégation venue visiter le nouveau colisée. Elle n’a pas hésité à se dire impressionnée de ce qu’elle a pu y voir.

«Je suis impressionnée par la réflexion qu’il y a en arrière, par rapport à la conception et aux enjeux opérationnels», explique celle qui se dit également emballée par l’aspect écoénergétique que les concepteurs ont tenu à mettre de l’avant. En effet, malgré que les structures de l’ampleur d’un pareil aréna soient rarement considérées comme étant écoénergétique, la conception du futur colisée est pensée en fonction de mener à une économie d’énergie de 30 % par rapport aux bâtiments semblables au pays.

«Je suis hyper emballée de l’écoresponsabilité du bâtiment. Plusieurs incitatifs ont été réalisés pour la récupération de chaleur, la toiture pâle, le travail au niveau des bornes électriques, pour faire en sorte que ce bâtiment-là prône l’écoénergie», ajoute Nellie Robin.

Elle a en outre salué la place qu’on a souhaité faire aux personnes à mobilité réduite. «Ce sont souvent les oubliés, et là ils vont être choyés. Ils vont avoir l’opportunité d’être reconnus, d’avoir une belle place», croit-elle.

Pour Nellie Robin, le développement du futur colisée devenait un axe central pour le développement à venir du District 55, et ce qu’elle a vu lundi n’a fait que confirmer cette perspective. «Ça fait rayonner la région au complet. Si jamais ils ont des équipes professionnelles, c’est attractif pour la région. De notre côté, il y avait plusieurs joueurs intéressés à venir, mais ils attendaient de voir la venue du colisée parce que ça va générer beaucoup de circulation et de visibilité. Depuis que ça a bougé, on sent que ça fait une bonne différence. Il va y avoir des annonces à venir prochainement, de belles annonces», conclut la présidente du Groupe Robin.