Les dépassements de coût du nouveau réseau d’égout et d’aqueduc autour du lac à la Tortue alimentent régulièrement les débats au conseil municipal de Shawinigan.

Dans la cible jusqu’à maintenant

SHAWINIGAN — Les séances publiques régulières du conseil municipal de Shawinigan perdraient un peu de saveur si une résolution portant sur des frais supplémentaires pour les travaux d’aqueduc et d’égout autour du lac à la Tortue n’apparaissait pas à l’ordre du jour. Encore mardi, des montants importants ont été portés à l’attention de la population, mais cette fois, le maire s’est montré rassurant.

Au premier coup d’oeil, la résolution pouvait surprendre. Les élus approuvaient une nouvelle directive de changement qui autorisait le paiement de 595 946 $ à Allen entrepreneur général pour «divers travaux supplémentaires en lien avec certaines directives».

Immédiatement après, le conseil municipal approuvait le versement de 100 279 $ à Construction Thurco, une somme qui s’ajoute à une directive de changement de 127 825 $ déjà approuvée en octobre! Dans ce cas-ci, il s’agissait d’ajouter des déflecteurs et des regards avec déflecteur de retenue à deux postes de pompage. Une exigence du ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, spécifie le maire, Michel Angers.

Il fallait s’y attendre, Robert Houle, un assidu des séances du conseil, a profité de la période de questions pour demander notamment pourquoi la Ville s’en remettait toujours à la firme Pluritec pour l’évaluation de ces demandes, elle qui devait être ses yeux et ses oreilles dans ce chantier dont l’estimation est passée de 40,2 millions $ à 51,9 millions $.

«Étant donné que nous n’étions pas très contents de la situation des bons de travail, nous avons regardé les opportunités de voir ailleurs, mais on nous a recommandé de continuer de travailler avec Pluritec, compte tenu de leur connaissance du dossier. Ça nous aurait probablement coûté plus cher si on avait arrêté avec cette firme et poursuivi avec une autre», explique M. Angers.

Le maire s’est dit satisfait du règlement obtenu pour quelque 450 du millier de directives de changements réclamées sur ce chantier par Allen entrepreneur général car à l’origine, le montant soumis atteignait tout près de 2,9 millions $. Les négociations ont permis de réduire cette facture à un peu moins de 600 000 $.

«Pour ce dossier précis, Pluritec a fait un excellent travail», rassure M. Angers.

De plus, ces sommes s’inscrivent à l’intérieur de l’emprunt supplémentaire de 6,8 millions $ adopté en mars pour absorber les dépassements de coûts. Par contre, il reste encore quelques centaines de demandes à analyser.

«Pour évaluer la hauteur de l’augmentation du règlement d’emprunt, nous avons regardé l’ensemble des bons de travail et nous avons fait une estimation du montant où ça pourrait finir», explique M. Angers. «Jusqu’ici, on est pas mal dans la cible.»

Pavage et branchements

Alors que la Ville vient d’annoncer 18 chantiers prioritaires pour paver des voies de circulation, les résidants du secteur Lac-à-la-Tortue attendent leur tour. M. Houle n’a d’ailleurs pas raté l’occasion de mentionner que les citoyens en avaient marre de la poussière qui s’élève au passage des véhicules sur ces chemins de gravier.

Or, la Ville prévoit que les travaux de préparation pour le pavage seront réalisés dans la semaine du 17 juin. Il faudra notamment procéder à la correction de profils de rue et au retrait du gravier. Les équipes de pavage doivent se pointer la semaine suivante, celle du 24 juin.

Rappelons que les rues secondaires seront d’abord asphaltées, alors que la route qui ceinture le lac sera faite à la fin. L’entrepreneur partira de Hérouxville et cheminera vers le sud, avant de s’attaquer au côté nord. Ces manoeuvres devraient durer environ dix semaines. Des détours sont à prévoir.

Pour le moment, des travaux de trottoirs et de bordure ont été réalisés sur le chemin des Dubois. La réparation des trous de raccordement sur l’avenue de Saint-Georges est aussi attendue la semaine prochaine. Tous ces travaux sont évidemment soumis aux caprices de Dame nature, qui pourrait retarder les manoeuvres avec de fortes pluies.

Enfin, notons que la Ville n’a toujours pas donné l’autorisation aux citoyens de procéder au branchement au réseau d’égout car les tests d’étanchéité et une inspection des conduites restent à faire. Des tests de performance sont aussi effectués sur les pompes.

Lorsque ces vérifications seront complétées, la Ville autorisera les branchements. Les travaux d’asphaltage n’influenceront pas cette opération, puisque le raccordement au réseau est avancé sur chaque propriété et non sous la route.