Cette photo n’a pas été prise en février, mais bien le mardi 13 novembre, sur l’avenue de la Station.

Dame nature s’est manifestée plus tôt que prévu

SHAWINIGAN — Un peu partout dans la région, les opérations de déneigement ont démarré sur les chapeaux de roues au cours des derniers jours.

À Shawinigan, le directeur des Travaux publics, Stéphane Lahaie, convient que ces petites bordées hâtives ont rendu la tâche un peu plus complexe pour ses équipes.

En effet, l’interdiction du stationnement de nuit dans les rues entre en vigueur le 15 novembre seulement. Or, la neige s’est invitée un peu plus tôt cette année, soit dans la nuit de vendredi à samedi, puis à nouveau dans celle de lundi à mardi.

«La difficulté particulière que nous avons cette semaine, c’est qu’il y avait énormément de voitures stationnées dans les rues», convient M. Lahaie. «Pour le reste, on n’a pas rencontré de problèmes. Évidemment, comme toute première neige que nous recevons en début de saison et qui gèle au cours de la nuit, nous avons des endroits avec des andains qui ont figé. Quand nous referons l’ensemble des parcours, nous serons en mesure de tasser la glace.»

Les employés municipaux et les entrepreneurs ont donc entrepris leur combat contre l’hiver en plein milieu de l’automne, une situation pour le moins inhabituelle.

«Aussitôt que cinq centimètres sont tombés au sol, il faut sortir et déneiger l’ensemble du territoire», rappelle le directeur. «C’est très hâtif, mais nous avions des éléments qui nous indiquaient qu’on allait se retrouver avec un début d’hiver assez rapide. Les températures étaient particulièrement pluvieuses et froides cet automne. On savait donc qu’on allait se retrouver avec de la neige assez rapidement!»

Jusqu’ici, M. Lahaie assure ne pas avoir entendu trop de commentaires négatifs sur la qualité du déneigement en ce début de saison. «Comme toute première tempête, il faut faire des ajustements mécaniques, de personnel. Des citoyens nous pointent certains endroits, comme quoi ça n’a pas été déneigé comme d’habitude, mais sinon, il n’y avait rien de majeur.»