L'eau monte en Mauricie et bien des terrains ont l'air d'une vaste piscine comme c'est le cas ici, sur le chemin de la Baie, à Saint-Boniface.

Crue des eaux: l'inquiétude persiste en Mauricie

Le niveau des cours d'eau dans la région continue de tenir les autorités sur un pied d'alerte. Même si la situation est demeurée relativement stable dans la journée de lundi, on s'attend au pire au courant des prochaines heures et des prochains jours. On surveille toujours attentivement la route 155 qui longe le Saint-Maurice.
«La situation n'a pas beaucoup changé. Il y a eu un petit décrochage sur la route forestière 1. À Yamachiche, le niveau d'eau a monté d'environ quatre pouces depuis le matin. Il y a des places où ça monte tranquillement, mais c'est plutôt stable [...] Par contre, on suit la situation de près pour les 24 et 48 prochaines heures», a commenté Sébastien Doire, directeur régional de la Sécurité civile de la Mauricie et du Centre-du-Québec.
Chez Hydro-Québec, on assure qu'on travaille activement à la gestion de la crue des eaux. Les vannes du barrage Gouin ont été fermées il y a quelques semaines déjà, le 5 avril exactement, afin de minimiser l'impact de la crue. On confirme également que ces vannes resteront fermées durant la crue présentement en cours.
«Comme toutes nos centrales, à l'exception de Rapide-Blanc, sont des installations hydroélectriques au fil de l'eau sur la rivière Saint-Maurice, nous devons composer avec la nature, tant au niveau de la pluie, de la température que de la fonte du couvert de neige», a fait savoir Lucie Roy, conseillère relations avec le milieu Mauricie et Centre-du-Québec chez Hydro-Québec.
«Hydro-Québec suit activement la situation et nous faisons actuellement une gestion prudente de la rivière. Les précipitations des derniers jours combinées à la hausse de température et la présence d'un important couvert de neige encore présent en Haute-Mauricie génère, et générera encore pour quelques jours, une hausse du débit de la rivière Saint-Maurice. Nous travaillons en étroite collaboration avec la sécurité civile», a-t-elle poursuivi.
Hydro-Québec tient également à rappeler à la population qu'il est primordial d'être prudents à proximité de la rivière Saint-Maurice en période de crue.
Les autorités municipales d'un bout à l'autre de la région sont à l'affût de tout changement de situation. C'est le cas à La Tuque.
«On surveille la situation attentivement. Lundi matin, l'eau avait baissé un peu. Par contre, le pire n'est pas passé. On est encore sur un pied d'alerte. Les pompiers sont en place aux points critiques. On est prêt à intervenir», assure le maire de La Tuque, Normand Beaudoin.
D'ailleurs, le maire avoue de mémoire qu'il n'a jamais vu une telle situation au printemps en 40 ans.
«La seule fois où j'ai vu une situation similaire, c'est l'année qu'il y avait eu le déluge au Saguenay en plein mois de juillet. Par contre, ce n'était pas dû au dégel comme en ce moment», se souvient-il.
Du côté du Service de sécurité incendie de la Ville de La Tuque, on reste aux aguets. On surveille la situation en temps réel et les équipes sont prêtes à agir à tout moment si la situation devient problématique. 
«Pour le moment, il n'y a rien d'alarmant. On fait de la surveillance depuis samedi à la suite des débordements de la rivière Croche. [...] On surveille toujours le secteur de La Croche en raison de la météo. On s'attend à ce que le niveau continue de monter. C'était probablement juste une accalmie qu'on a vécue», a mentionné Serge Buisson, directeur du Service de sécurité incendie de La Tuque.
«On a localisé aussi un petit glissement de terrain sur la route de La Croche environ à trois kilomètres un peu avant le village. Le MTQ va s'en occuper. C'est à une douzaine de pieds de l'asphalte», a-t-il ajouté.
Dame Nature ne donnera pas de répit aux autorités. Environnement Canada prévoit encore des précipitations mardi. La quantité totale de pluie reçue dans les derniers jours pourrait dépasser les 50 mm.
Trois-Rivières aussi
La Ville de Trois-Rivières a également fait état de la situation dans les limites de son territoire. Aucune résidence trifluvienne aux abords de la rivière Saint-Maurice n'a été touchée par le niveau des eaux qui est toujours à la hausse. 
«En raison des pluies annoncées qui pourraient aggraver la situation, la Direction de la sécurité incendie et la sécurité civile demeure sur un pied d'alerte. D'ailleurs, des pompiers sillonnent les secteurs les plus à risque afin de surveiller l'évolution de la situation», a fait savoir la Ville.
On mentionne également qu'en bordure du fleuve Saint-Laurent, le niveau de l'eau a diminué depuis vendredi soir. Même si aucune inondation n'a été enregistrée, les terrains des riverains demeurent sous haute surveillance. 
D'ailleurs, on demande aux gens d'être prudents et d'éviter de mettre leurs embarcations à l'eau.
Nicolet en mode prévention
Lundi, la Ville de Nicolet a informé les résidents qu'elle passait en mode prévention en ce qui a trait à la crue de la rivière Nicolet et du fleuve Saint-Laurent. 
Les citoyens et citoyennes touchés par la crue des eaux, soit les secteurs du chemin de la Pointe-du-Hameau et la jonction du rang du Bas-de-la-Rivière, le chemin du Fleuve Est et Ouest et les rues avoisinantes, pouvaient se procurer des sacs de sable distribués par la Ville à deux endroits: la Marina (2750, rang du Bas-de-la-rivière) et la chapelle dans le chemin du Fleuve Ouest.
Aussi, seule la circulation automobile locale est autorisée dans les secteurs touchés. «Le Service des travaux publics et le Service de sécurité incendie remercient les citoyens et citoyennes pour leur compréhension et les invitent à la plus grande prudence», a fait savoir la directrice du Service des communications, Aline Blais.
Marc Rochette