Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Un premier cas du variant britannique vient d’être confirmé dans la région.
Un premier cas du variant britannique vient d’être confirmé dans la région.

Variant britannique: un premier cas confirmé dans la région

Amélie Houle
Amélie Houle
Le Nouvelliste
Sébastien Lacroix
Sébastien Lacroix
Le Nouvelliste
Article réservé aux abonnés
Trois-Rivières — C’est maintenant chose faite, un premier cas du variant britannique de la COVID-19 vient d’être confirmé dans la région par le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec (CIUSSS MCQ), alors que 26 cas de variants présomptifs sur l’ensemble du territoire de la Mauricie et du Centre-du-Québec sont toujours en attente d’une confirmation du Laboratoire national de santé publique (LNSP).

En effet, le LNSP a validé la présence d’un cas de la souche du Royaume-Uni à la suite d’un résultat positif au criblage dans les laboratoires de la région. 

La direction régionale de la Santé publique n'a pas souhaité indiqué la ville dans laquelle se trouve le premier cas de variant confirmé, soulignant seulement qu'il se trouve en Mauricie. «Pour des raisons de confidentialité, on ne pourra pas aller plus finement que ça, mais ce qui est important de retenir c'est que les cas présomptifs sont vraiment éparpillés sur l'ensemble du territoire. On s'attend donc que dans les prochains jours à d'autres endroits, incluant au Centre-du-Québec», explique l'agente d'information du CIUSSS MCQ, Kellie Forand.

Il faudra toutefois attendre un certain temps avant de savoir si la douzaine de variants présomptifs qui ont été envoyés dans les derniers jours au LNSP - après avoir été criblés en Mauricie et au Centre-du-Québec - figurent parmi les variants sous surveillance au Québec. «Étant donné qu'il y a un fort volume [provenant] des différentes régions, on parle d'un délai de 14 à 21 jours pour le confirmer et identifier de quel type de variant il s'agit», ajoute Kellie Forand.

Afin d’éviter la transmission de ces variants, qui rappelons-le semblent être plus contagieux, la Direction de santé publique et responsabilité populationnelle (DSPRP) confirme que des mesures additionnelles et une approche prudente et interventionniste ont déjà été mises de l’avant.

Pour ce faire, chaque cas présomptif est considéré comme un variant et est géré comme tel dès le départ et des mesures sont rapidement mises en place en attendant la confirmation du LNSP.

Parmi celles-ci, on retrouve notamment l’isolement des personnes positives, de leur maisonnée et de leurs contacts, l’isolement des contacts domiciliaires jusqu’au résultat du test de dépistage, l’inclusion des contacts à risque faible comme contacts significatifs, le dépistage à deux reprises pour les contacts de variants (un second dépistage est demandé 48 heures avant la levée de l’isolement) et la fermeture temporaire du lieu de travail ou de l’école, si applicable.

La confirmation d’un premier cas de variant n’entraîne donc pas de mesure supplémentaire puisque des mesures additionnelles ont déjà été appliquées à l’ensemble des cas présomptifs de la région.

La région s’ajoute donc aux autres régions du Québec ayant confirmé des variants sur leur territoire. À l’heure actuelle, il s’agit principalement des lignées du Royaume-Uni et de l’Afrique du Sud.

Une situation qui reste encourageante

Bien que la situation dans la région reste tout de même encourageante à l’heure actuelle, le CIUSSS MCQ tient à rappeler que la présence de variants pourrait faire en sorte qu’elle puisse se détériorer rapidement.

Ainsi, le respect des mesures en vigueur et le fait de demeurer vigilant en tout temps restent de mise.

«Les mesures de base que l’on a tous appris à intégrer à nos vies, comme la distanciation sociale, le lavage des mains et le port du masque, sont également efficaces contre les variants. Je demande donc la collaboration de la population pour poursuivre ses efforts pour respecter les mesures en vigueur», souligne la Dre Marie Josée Godi, directrice de santé publique du CIUSSS MCQ.

Toute personne qui présente des symptômes, aussi légers soient-ils, est également invitée à procéder à un test de dépistage.

Rappelons qu’il est possible de prendre rendez-vous au cv19quebec.ca ou par téléphone au 1 877 644-4545.

Une première analyse dans la région

Par ailleurs, rappelons qu’afin d’identifier le plus rapidement possible d’éventuels variants dans la région, l’entièreté des résultats positifs à la COVID-19 est soumise à un test de criblage qui s'effectue directement dans la région.

Les échantillons positifs au criblage sont par la suite envoyés au Laboratoire national de santé publique pour confirmer s’il s’agit d’un variant sous surveillance rehaussée, en plus de savoir de quelle lignée il appartient.