Il y a quelques mois, le Dr Kamran Khan et son équipe ont été parmi les premiers au monde à alerter de l'imminence d'une pandémie du nouveau coronavirus.
Il y a quelques mois, le Dr Kamran Khan et son équipe ont été parmi les premiers au monde à alerter de l'imminence d'une pandémie du nouveau coronavirus.

Un médecin canadien appelle à être plus rapide pour gérer les pandémies

La Presse Canadienne
TORONTO — Un chercheur canadien, qui a conçu il y a quelques années un système mondial d'alerte rapide pour les maladies infectieuses graves, espère que dorénavant, la communauté internationale parviendra à mieux détecter l'apparition des virus et réagir rapidement aux pandémies.

Le Dr Kamran Khan, de la Faculté de médecine de l'Université de Toronto, a créé il y a quelques années Bluedot, un système qui a utilisé jusqu'ici des systèmes d'information géographique, le traitement du langage naturel et l'intelligence artificielle pour prédire la transmission de la grippe à l'échelle mondiale et suivre la propagation des virus Ebola et Zika.

En plus des outils technologiques de Bluedot, le Dr Khan a utilisé une foule de données statistiques.

Il y a quelques mois, le Dr Khan et son équipe ont été parmi les premiers au monde à alerter de l'imminence d'une pandémie du nouveau coronavirus.

La technologie de Bluedot a permis au Dr Khan de déceler le 31 décembre dernier une information annonçant qu'à Wuhan, en Chine, une éclosion de ce qui semblait être une pneumonie affectait une vingtaine de personnes.

En très peu de temps, Bluedot a pu déterminer que la maladie ressemblait au syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) de 2003 et qu'elle avait la capacité de se répandre.

Le 6 janvier, le Dr Khan et son équipe ont soumis leurs constatations à un magazine scientifique. Une semaine plus tard, le virus se manifestait à Bangkok, en Thaïlande.

Le médecin canadien affirme qu'il est devenu préoccupé dès le moment où la maladie qui semblait concentrée à Wuhan est apparue dans un autre pays.

À son avis, les maladies infectieuses émergent avec une plus grande fréquence et ont de plus grands impacts dans la société. Or, il constate que les informations prennent souvent trop de temps à être disponibles à la communauté médicale et au public.

À l'Université de Toronto, certains des travaux de recherche de Kamran Khan portent principalement sur la migration humaine, le transport aérien international et la mondialisation des maladies infectieuses qui émergent et qui peuvent éclore plus d'une fois.