Le petit Elliot Caux et son père, Jimmy Duval Caux souhaitent une reprise rapide du hockey balle.
Le petit Elliot Caux et son père, Jimmy Duval Caux souhaitent une reprise rapide du hockey balle.

Un joueur de hockey balle de 8 ans interpelle Dr Arruda

Il n’a que 8 ans, mais cela ne l’empêche pas de lancer un cri du coeur au Dr Horacio Arruda par le biais d’un statut Facebook tout en interpellant le premier ministre François Legault dans sa vidéo. Le jeune Sherbrookois souhaite une reprise rapide de son sport préféré, le hockey balle.

« Bonjour M. Arruda, bonjour monsieur le premier ministre. Je m’appelle Elliot et je joue au dek hockey depuis quatre ans. Hier, vous avez dit que les sports d’équipe ne pouvaient pas recommencer. Moi, mon sport est le dek hockey. On joue sur une surface. C’est du 3 contre 3. Est-ce qu’il y aurait un moyen de pouvoir recommencer? » a demandé Elliot Caux au lendemain de l’annonce concernant les sports individuels.

À LIRE AUSSI: Le milieu du hockey balle à la recherche de solutions

Lorsque joint par La Tribune, le père du petit Elliot a avoué que si ce n’était pas de la gêne, son garçon en aurait eu long à dire. Et il avait raison.

« Sans le dek hockey, c’est difficile de vivre! Même les parcs ne sont pas ouverts. On peut jouer dans la cour ou dans la rue, mais ce n’est pas pareil. Je m’ennuie de voir mes amis. Le dek hockey, c’est mon sport préféré. Je joue même l’hiver. »

Elliot admet qu’il est même prêt à jouer avec un masque ou une visière. 

« On voit des compagnies comme Bauer se lancer dans la fabrication de visières, ça pourrait être une solution jusqu’à ce que la pandémie soit terminée », indique son père Jimmy Duval Caux, également entraîneur de hockey balle au Complexe ProGym de Sherbrooke.


« Les enfants ont besoin de bouger pour rester en santé. »
Jimmy Duval Caux

Si Elliot a l’habitude de jouer à l’intérieur, il pourrait bien devoir se contenter des surfaces extérieures pour commencer lorsqu’il pourra de nouveau pratiquer sa passion. Il souhaite d’ailleurs que le hockey balle à 3 contre 3 fasse partie des prochains sports permis par le gouvernement. 

« On peut prendre des mesures pour réduire encore plus les risques, avance le père d’Elliot. Les enfants ont besoin de bouger pour rester en santé et de pratiquer leur sport pour être plus heureux, donc on espère qu’en faisant certaines concessions, le hockey balle sera bientôt permis. On pourrait rapetisser les équipes en ayant moins de joueurs, interdire la présence des parents dans les gradins ou commencer avec des pratiques uniquement. Je sais aussi qu’un enfant peut avoir la COVID-19 et ne pas présenter de symptômes, mais au minimum, si les parents ou leurs enfants ne se sentent pas bien, ils doivent rester à la maison », estime Jimmy Duval Caux. 

Ce dernier souhaite finalement que le message lancé par son fils se rende à destination. 

« On espère être entendus et que le gouvernement ajoute le hockey balle dans la phase 2 des sports permis au Québec! »

Un plan d’action prévu par la NBHPA

L’Association nord-américaine des joueurs de hockey balle propose quelques alternatives en attendant que ce sport soit permis. D’abord, la NBHPA souhaite que les cliniques sportives individuelles ou en équipe sans contact et sans match soient permises. Elle espère aussi que les complexes puissent faire la location de surfaces pour des pratiques d’équipe sans contact.

Et idéalement, elle espère aussi une saison normale ou de type à bout de souffle pour réduire le nombre de joueurs.

Sans oublier la présence de stations sanitaires extérieures puisque les édifices ne seront probablement pas accessibles.

« Nous sommes en mode solution et selon les directives de la Santé publique, nous espérons être rapidement opérationnels. »