Guy Paquin, enseignant au CNDA et coordonnateur pédagogique des TIC.

Système D pour finir le trimestre dans quelques établissements d'enseignement

Nicolet — Tout comme le Collège lui-même, le pensionnat du Collège Notre-Dame-de-l’Assomption de Nicolet a suivi les indications du gouvernement et fermé ses portes. Le pensionnat compte des élèves en provenance d’une dizaine de pays, dont la Belgique, le Mexique et plusieurs pays du continent africain. Comme l’explique Nathalie Houle, responsable des communications au CNDA, certains de ces élèves qui étaient partis en congé lors de la semaine de relâche ne sont pas revenus au Canada à cause de l’émergence de la pandémie de COVID-19. Ils pourront malgré tout continuer à étudier grâce à l’enseignement à distance que leur offre le CNDA.

«D’autres ont de la famille ici», dit-elle. D’autres de ces élèves pensionnaires sont accueillis dans les familles de leurs amis de l’école. Leurs parents, indique Mme Houle, ont été avisés des informations qui sont véhiculées par les gouvernements du Québec et du Canada. «On se plie aux directives», indique Mme Houle et on a donné l’information aux parents. On n’abandonnera pas ces enfants», assure-t-elle.

Le CNDA était très bien préparé à cette fermeture des établissements d’enseignement annoncée vendredi dernier par le premier ministre François Legault.

«Nous sommes une école TIC» (technologies de l’information et des communications)», rappelle-t-elle. «On a préparé nos élèves avant même l’annonce de la fermeture», dit-elle.

Chaque enfant est donc reparti, vendredi dernier, avec un portable, une tablette ou un Chrome Book, dit-elle. «Ça fonctionne depuis lundi.»

Le plus difficile, dit-elle, c’est que les connexions par internet ne sont pas toutes aussi bonnes d’un endroit à l’autre. Ça dépend des municipalités où vivent les élèves, explique Mme Houle.

collège ellis

Malgré la fermeture de ses trois campus, Trois-Rivières, Longueuil et Drummondville, le Collège Ellis a décidé lui aussi de maintenir ses activités par d’autres moyens que la présence en classe. «Nous allons diplômer les étudiants dans les temps impartis sans allonger la session», affirme le directeur du Collège, Alain Scalzo.

C’est que chaque année, le Collège diplôme, entre autres, des infirmiers et infirmières, des techniciens et techniciennes en inhalothérapie et en électrophysiologie médicale de même que des techniciens et techniciennes en soins préhospitaliers d’urgence «qui doivent faire leur entrée sur le marché du travail le plus rapidement possible» afin de contrer la pénurie de main-d’oeuvre en santé, indique le Collège.

«Toutes ces professions sont appelées à intervenir dans le cadre d’une pandémie comme celle du COVID-19», fait valoir le Collège dans un communiqué de presse. «C’est pourquoi le Collège désire être proactif dans la démarche de diplomation pour assurer la relève du corps médical.»

Selon M. Scalzo, même si certaines habiletés, comme donner une injection ou installer un cathéter, ne peuvent s’apprendre via une vidéo et nécessitent la présence en classe des étudiants en sciences infirmières, ce dernier estime qu’à deux mois de leur diplomation, ces étudiants ont eu le temps de bien maîtriser ces techniques.

D’ailleurs, les finissants du collège qui étudient dans le domaine de la santé sont présentement en stage, dit-il, à la plus grande satisfaction des établissements de santé qui manquent de personnel. «On a maintenu les stages en milieu hospitalier», dit-il, contrairement à d’autres établissements. «Il n’y a pas de contre-indication et il y a des mesures d’asepsie dans ces endroits», signale-t-il. Les étudiants du domaine de la santé sont même encouragés à donner de leur temps, le soir et les fins de semaine notamment, en tant que préposés aux bénéficiaires.

Les enseignants du Collège Ellis ont tous accepté de donner des formations non présentielles, ajoute M. Scalzo et les autres employés font du télétravail, même la réceptionniste, dit-il.

Les enseignants peuvent choisir la méthode pédagogique qui leur convient le mieux.

L’École Vision, rappelons-le, mise pour sa part sur Google Classroom pour continuer à éduquer ses élèves de 3e année et plus à distance.