Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Environ 1600 à 1700 tests de dépistage se font chaque jour dans la région depuis environ deux semaines.
Environ 1600 à 1700 tests de dépistage se font chaque jour dans la région depuis environ deux semaines.

Malgré une hausse du dépistage, le nombre de cas demeure bas dans la région

Sébastien Lacroix
Sébastien Lacroix
Le Nouvelliste
Article réservé aux abonnés
Malgré les augmentations de cas un peu partout dans la province et les déclarations du ministre de la Santé à l’effet que la troisième vague est bel et bien commencée, la Mauricie et le Centre-du-Québec affichent encore un bon bilan lundi, et ce, malgré le fait qu’on enregistre une recrudescence du dépistage.

Ce sont en effet seulement 11 nouveaux cas de COVID-19 qui ont été déclarés par la Santé publique dans la région. De ce nombre, on en compte neuf au Centre-du-Québec, dont cinq dans la MRC d’Arthabaska, et seulement deux en Mauricie.

Avec huit personnes qui se sont rétablies dans la région, le nombre de cas actifs est toujours quelque peu à la hausse (+3). On en compte 60 en Mauricie et 112 au Centre-du-Québec, selon le dernier bilan du CIUSSS MCQ. Le taux de cas actifs par 100 000 habitants de la région (28,2) est toujours l’un des plus bas parmi celles qui sont en zone orange.

Pour ce qui est des variants, ce sont six autres cas présomptifs qui se sont ajoutés en Mauricie-Centre-du-Québec, lundi, pour un total de 63 qui ont été positifs au criblage. Un seul est toujours confirmé comme étant de souche britannique. «La menace est réelle. C’est quelque chose qui pourrait faire rapidement changer le portrait de notre région», rappelle l’agente d’information du CIUSSS MCQ, Kellie Forand.

La région est toutefois l’une des moins touchées par les variants actuellement avec un taux de 12,0 par 100 000 habitants. Une situation qui peut s’expliquer par le fait qu’au moment où ils sont apparus, la transmission communautaire avait diminué dans la région.

Celle-ci est toujours faible dans la région, puisque le taux de positivité des tests de dépistage se situe à environ 1%. Ce qui est très bas par rapport à ce qui avait été enregistré au cours des derniers mois, alors qu’il avait monté jusqu’à 9%, en janvier, avant de redescendre autour de 3% à 4% dans les semaines précédent le passage en zone orange.

La menace des variants a possiblement fait en sorte d’inciter les gens à se faire dépister dans la région puisque le CIUSSS observe une hausse du nombre de tests au cours des derniers jours. Lundi, ce sont 100% des rendez-vous disponibles qui avaient d’ailleurs été comblés à la clinique de Trois-Rivières. Depuis environ deux semaines, il se fait environ 1600 à 1700 tests par jour dans la région, alors que le nombre avait redescendu à environ 1200.

Pour ce qui est du nombre d’hospitalisations, il demeure toujours bas dans la région. On comptait sept patients, lundi, soit une hausse de deux personnes qui ont été admises à l’unité COVID du CHAUR de Trois-Rivières. Une seule se trouvait aux soins intensifs.

Vaccination: encore un bon rythme

D’ici dimanche prochain, ce sont plus de 15 000 personnes qui auront été vaccinées en Mauricie et au Centre-du-Québec. De lundi à dimanche, ce sont en effet 15 663 rendez-vous qui ont été donnés dans les différents sites de vaccination de la région. Selon les dernières données, 67 395 doses ont été administrées dans la région.

Pour le moment, le CIUSSS MCQ n’avait toujours pas eu de nouvelles concernant des arrivages additionnels en lien avec les 3,3 millions de doses supplémentaires qui sont attendues au Canada cette semaine, ce qui pourrait permettre d’ajouter des plages de rendez-vous.

Pour ce qui est de la consigne concernant le fait que le vaccin d’AstraZeneca ne devra pas être administré aux personnes de moins de 55 ans, ça ne devrait pas poser trop de problèmes pour le moment. Quelques plages de rendez-vous pourraient être touchées chez les travailleurs du réseau la santé et des résidences privées pour aînés. «L’attention sera surtout portée sur ceux qui l’ont déjà reçu», nous a fait savoir Kellie Forand.