Les étudiants de l’Université du Québec en Outaouais (UQO) qui logent en résidence et qui sont en mesure de le faire ont jusqu’à mardi prochain pour quitter les lieux.

L’UQO doit vider ses résidences étudiantes d’ici mardi prochain

Les étudiants de l’Université du Québec en Outaouais (UQO) qui logent en résidence et qui sont en mesure de le faire ont jusqu’à mardi prochain pour quitter les lieux.

Une première note envoyée aux étudiants par le service des résidences, mercredi soir, demandait aux étudiants d’avoir quitté au plus tard vendredi la résidence dans laquelle ils logent, mais la date limite a été prolongée au 31 mars après des discussions, jeudi matin, avec l’Association générale des étudiants.  

«Dans le contexte actuel d’évolution de la pandémie, nous devons réduire au maximum le nombre de personnes qui logent dans les résidences, d’une part, afin de respecter les normes de distanciation sociale requises, et d’autre part afin de dégager des logements si des étudiants avaient à être placés en isolement», peut-on lire dans la note.

À LIRE AUSSI: L'UQO mettrait fin à son trimestre d'hiver et accorderait la note «satisfaisant» à ses étudiants

Cette mesure prise par l’UQO répond à une directive ministérielle et est faite sur la base d’une recommandation de la Direction de la santé publique. L’UQO compte un peu plus de 200 unités de résidences étudiantes.

Le directeur des communications de l’UQO, Gilles Mailloux, précise toutefois qu’«aucun locataire ne sera contraint de libérer son logement s’il n’est pas en mesure de trouver un autre lieu d’hébergement»

Exceptions

Le directeur des communications de l’UQO, Gilles Mailloux, précise toutefois qu’«aucun locataire ne sera contraint de libérer son logement s’il n’est pas en mesure de trouver un autre lieu d’hébergement» et que ce sera à l’université «de prévoir des mesures d’accommodements pour ceux, en particulier les étudiants étrangers, qui seront dans l’impossibilité de se reloger». 

Les effets personnels des locataires en mesure de quitter leur logement pourront être laissés, au besoin, dans un dépôt sur place, sans frais supplémentaires, et ce, jusqu’à ce que la situation se rétablisse. 

Les étudiants qui, faute de solution alternative, devront demeurer sur place seront relogés dans les chambres laissées vacantes qui auront été nettoyées et décontaminées afin de maintenir le plus possible de distance entre les locataires.

Ces mesures impliquent que plusieurs étudiants devront voyager d’une région à l’autre afin de se reloger, alors que les autorités demandent à la population de réduire au minimum les déplacements entre les régions. 


« Aucun locataire ne sera contraint de libérer son logement s'il n'est pas en mesure de trouver un autre lieu d'hébergement. »
Gilles Mailloux

M. Mailloux précise qu’aucun étudiant en résidence ne présente de symptômes grippaux ou associés à la COVID-19 en ce moment. «Nous avons posé la question à la Direction de la santé publique et il a été déterminé que de demander de quitter représente moins de risque que de laisser plusieurs étudiants résider au même endroit», a précisé M. Mailloux. 

Remboursement

L’UQO prévoit aussi des mesures de compensations afin de rembourser les étudiants touchés par cette mesure. Ainsi, les loyers pour la période du 1er avril au 14 mai 2020 seront remboursés, tout comme les frais de déménagements.