Le stationnement du centre Les Rivières était pratiquement désert, dimanche après-midi.

Les lieux publics se vident

TROIS-RIVIÈRES — Stationnements déserts, lumières éteintes, affiches annonçant la fermeture jusqu’à nouvel ordre: en quelques heures, les quelques commerces qui étaient restés ouverts dans les centres d’achat et le centre-ville de Trois-Rivières ont fermé leurs portes aux clients.

Le spectacle le plus frappant, dimanche après-midi, était celui du centre Les Rivières. L’immense stationnement du centre commercial était presque désert. Du côté de l’entrée centrale, celle qui mène à la foire alimentaire, aucun commerce n’était ouvert. Un gardien de sécurité contrôlait les entrées, s’assurant que les visiteurs venaient pour acheter dans l’un des six commerces demeurés ouverts, et non flâner. Les responsables du centre commercial ont d’ailleurs refusé l’accès du centre commercial aux médias, dimanche.

À l’extérieur, quelques couples de marcheurs ont profité de la désertion du stationnement pour se promener sans avoir à se soucier de la circulation automobile habituelle.

Sur sa page Facebook, le centre Les Rivières indique que son bâtiment demeurera accessible pour permettre aux «détaillants et services de première nécessité de continuer d’opérer et de servir la population». La même déclaration a été faite sur la page Facebook de la Plaza de la Mauricie, à Shawinigan. Les deux centres d’achat sont gérés par le fonds de placement immobilier Cominar.

Seuls Walmart et Uniprix demeurent ouverts, au Carrefour Trois-Rivières-Ouest.

Le stationnement du Carrefour Trois-Rivières-Ouest était légèrement moins vide, du moins du côté du Walmart. En effet, une affiche posée à l’entrée du centre commercial indique que seuls ce magasin et la pharmacie Uniprix seraient désormais ouverts au public.

Sur la page Facebook des Galeries du Cap, il est indiqué que le centre d’achat se conformera à la directive gouvernementale dès minuit, dimanche. Les commerces Jean Coutu, Walmart et Maxi, ainsi que la succursale de la Banque Royale, demeureront cependant ouverts.

Restaurants fermés

Un certain nombre de promeneurs arpentaient également les rues du centre-ville de Trois-Rivières. La promenade est cependant la seule activité qu’il y reste à pratiquer: à quelques rares exceptions près, les restaurants et cafés sont tous fermés. Plusieurs succursales des Café Morgane ont été fermées la semaine dernière, dont celle du Carrefour Trois-Rivières-Ouest et celle de la rue Royale. Celle située à l’angle du boulevard des Forges et de la rue Notre-Dame Centre était également déserte.

La porte des restaurants du centre-ville était également barrée, avec une affiche indiquant leur fermeture jusqu’à nouvel ordre. Certains offrent toujours l’option d’emporter ou de livrer des plats, mais selon des heures d’ouvertures réduites.

Les commerces encore ouverts sur la rue des Forges, au centre-ville de Trois-Rivières se comptent sur les doigts d’une main.

La pâtisserie belge Nys Pâtissier était l’un des rares commerces où des clients étaient encore accueillis. Toutefois, dès lundi, plus question de s’y asseoir pour déguster son café et sa viennoiserie: la clientèle devra les emporter. Un service de livraison sur réservation sera également offert. «Je trouve ça difficile, surtout pour ma clientèle âgée, qui vient ici pour briser son isolement. Mais il faut faire la part des choses, c’est normal», indique l’une des propriétaires du commerce, qui a préféré ne pas être identifiée.

La dame indique cependant être craintive pour l’avenir du commerce, qu’elle a racheté avec son conjoint il y a sept mois à peine. Il indique par ailleurs avoir vu son chiffre d’affaires fondre de 50 % depuis le début de la pandémie.

Soulagement

Les nouvelles mesures annoncées dimanche par le gouvernement Legault contraignent également les salons de coiffure à fermer leurs portes. Même si cette décision aura des répercussions financières sur elles, bien des propriétaires de salons de coiffure et d’esthétique la réclamaient depuis plusieurs jours. Claudia Dauphin, propriétaire du salon Lux Coiffure, à Trois-Rivières, se dit soulagée, elle qui réclamait une telle directive.

«Moi, j’ai des enfants, alors je pouvais me retirer chez moi, ce que j’ai fait cette semaine. Le gouvernement a dit que les parents qui doivent manquer du travail pour s’occuper de leurs enfants seront indemnisés. Mais les autres coiffeuses qui n’ont pas d’enfants, elles n’étaient pas couvertes. Alors vu que maintenant, les salons font partie des restrictions, c’est une inquiétude de moins», confie-t-elle.

À défaut d’aller magasiner, de nombreux Trifluviens ont profité du soleil radieux ce week-end pour prendre une marche.

Mme Dauphin considère d’ailleurs que les salons de coiffure et d’esthétique représentaient un risque pour la santé publique.

«On a beau faire attention, veut veut pas, les clientes touchent à des choses et on ne peut pas tout le temps les surveiller. Et puis, on va se le dire, les gens venaient beaucoup moins se faire coiffer. Ceux qui voulaient venir étaient ceux qui ne devaient pas venir, des gens qui revenaient de voyage, notamment», souligne-t-elle.