En mars et avril, près de la moitié (46 %) des Canadiens âgés de 65 ans et plus ont déclaré être «très» ou «énormément» inquiets pour leur santé. En juillet, cette proportion avait diminué pour se fixer à 32 %.
En mars et avril, près de la moitié (46 %) des Canadiens âgés de 65 ans et plus ont déclaré être «très» ou «énormément» inquiets pour leur santé. En juillet, cette proportion avait diminué pour se fixer à 32 %.

Les 65 ans et plus moins stressés qu'au début de la pandémie de COVID-19

Stéphanie Marin
La Presse Canadienne
Alors que les Canadiens de plus de 65 ans étaient les plus préoccupés pour leur santé au début de la pandémie de COVID-19, une baisse de leur inquiétude a été constatée fin juillet par Statistique Canada.

L'organisme fédéral de statistiques a lancé une série d'enquêtes sur divers aspects de la société pendant la crise de la COVID-19. Il s'agit de la quatrième période lors de laquelle les Canadiens ont été sondés, cette fois-ci du 20 au 26 juillet.

Cette plus récente enquête permet de constater que le niveau d'anxiété des citoyens a diminué.

En mars et avril, près de la moitié (46 %) des Canadiens âgés de 65 ans et plus ont déclaré être «très» ou «énormément» inquiets pour leur santé.

En juillet, cette proportion avait diminué pour se fixer à 32 %.

Le stress est resté chez stable chez les jeunes de 15 à 34 ans : le quart (25 %) des répondants ont déclaré être inquiets pour leur santé en juillet, soit environ la même proportion qu'en mars et avril (26 %).

En général, l'ampleur de la baisse du niveau de préoccupation en matière de santé a été semblable dans toutes les régions, parmi les personnes immigrantes et les personnes nées au Canada, ainsi que chez les hommes et les femmes.