Le premier ministre François Legault était à Saint-Raymond  jeudi matin.
Le premier ministre François Legault était à Saint-Raymond  jeudi matin.

Legault serrera la vis aux récalcitrants et songe au reconfinement

Olivier Bossé
Olivier Bossé
Le Soleil
SAINT-RAYMOND — À la lumière de la remontée des cas de COVID-19 dans les derniers jours, le gouvernement Legault sera plus sévère à l’endroit des personnes qui pourraient être infectées et qui refusent de s’isoler ou de respecter les consignes de la Santé publique. Un plan de reconfinement par région et même sous-région est aussi en préparation.

«On a eu des discussions avec la ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault, pour voir comment on peut resserrer soit les amendes, soit le respect des consignes, pour les personnes qui refusent d’être isolées alors qu’elles sont porteuses du virus», a commenté le premier ministre François Legault, jeudi matin, lors d’un point de presse tenu à Saint-Raymond, dans Portneuf.

«Il en va de la santé de l’ensemble de la population, donc on va prendre les mesures nécessaires pour ce que ces personnes-là soient isolées», a-t-il poursuivi.

Amendes plus salées, conséquences plus graves? M. Legault veut une «façon de contraindre».

«Mme Guilbault va regarder comment ça se fait, pratiquement. Reste que c’est quelques exceptions, la grande majorité des Québécois suivent les consignes. Mais pour les quelques récalcitrants, on va regarder ce qu’on est capable de faire.»

Mercredi, le directeur régional par intérim de la santé publique de la Capitale-Nationale, le Dr Jacques Girard, avait confirmé que dans l’éclosion de COVID-19 survenue la semaine dernière au bar Le Kirouac, dans le quartier Saint-Sauveur de Québec, certaines personnes touchées avaient refusé de collaborer avec la santé publique dans son enquête de recherche de contacts.

Au moins un individu avait dû être isolé de force et au moins un autre avait continué de fréquenter des lieux publics en attendant le résultat de son test de COVID.

RECONFINEMENT PAR RÉGION ET SOUS-RÉGION

Dans l'éventualité d'une importante deuxième vague d'infection à la COVID-19, le premier ministre confirme que son gouvernement envisage un reconfinement par région et même par sous-région.

«Si jamais on se rendait là, oui, ce serait par région et par sous-région. Actuellement, on fait des tests pour identifier exactement les territoires où il y a des éclosions. On n'en est vraiment pas au reconfinement en ce moment. Mais si la situation le commande, dans les prochaines semaines ou prochains mois, on procéderait par région et même par sous-région», a confirmé M. Legault, reconnaissant que les 187 nouveaux cas du jour s'avèrent importants.

Les régions de Québec, de l'Estrie et du Grand Montréal connaissent un regain des cas de COVID-19 depuis quelques jours.

Ne pas dépasser une moyenne de 20 nouveaux cas par jour par million d'habitants sur une semaine constitue la cible régionale du ministère de la Santé.

«Il n'y a pas de déclenchement automatique quand on dépasse 20 cas par million», a toutefois rassuré M. Legault, expliquant que l'analyse de la provenance des cas constitue un élément-clé.

«Par exemple, si on se rendait compte que tous les cas sont dans les bars, la décision ne sera pas difficile à prendre», illustre-t-il.

SITUATION DANS LES ÉCOLES SOUS CONTRÔLE

Le premier ministre Legault a par ailleurs tenu à se faire rassurant quant à la situation actuelle dans les écoles. Même si on dénombre une quarantaine d'écoles primaires et secondaires à travers le Québec qui comptent au moins un élève atteint du coronavirus. La région de Québec en comptait sept à elle seule.

Une semaine après avoir établi le 14 septembre comme date de reprise possible des programmes scolaires sports-études et arts-études, M. Legault garde le cap.

«Même avec le niveau de cas d'aujourd'hui, si on avait à prendre la décision du 14 septembre aujourd'hui, on irait de l'avant. Mais il ne faut pas qu'il y ait d'augmentation importante», a-t-il indiqué, vantant la réussite du concept de bulle-classe pour éviter la fermeture d'écoles complètes. Quelque 200 élèves sont en isolement préventif à travers la province.

Le nombre d'écoles touchées est tiré du site internet CovidÉcolesQuébec.org mis sur pied par un Montréalais simple citoyen et papa.

Car pour l'instant, ni le ministère de la Santé ni celui de l'Éducation ne met ces données à la dispositions des Québécois. M. Legault promet que son gouvernement les rendra publiques «dans les prochains jours».

Un «arrimage entre la Santé publique et les centres de services scolaires est en train de se faire pour s'assurer de la fiabilité des données. Le citoyen, on ne sait pas si ces données-là sont fiables. J'invite les Québécois à être patients et dans quelques jours, ils vont avoir toutes les données», assure M. Legault.