L’incertitude qui plane sur la durée, l’étendue et les impacts de la pandémie de coronavirus (COVID-19) oblige l’organisation du Grand défi Pierre Lavoie à reporter à l’an prochain tous ses événements qui devaient avoir lieu ce printemps, incluant le 1000 KM.

Le coronavirus a raison du Grand défi Pierre Lavoie

Malgré la bonne volonté et les efforts déjà déployés en vue des différents événements, l’organisation du Grand défi Pierre Lavoie (GDPL) a pris la difficile décision d’annuler tous ses événements printaniers de 2020, dont le 1000 KM, pour les reporter à l’an prochain.

« L’incertitude qui plane sur la durée, l’étendue et les impacts de la pandémie de coronavirus (COVID-19) oblige l’organisation du GDPL à reporter à l’année prochaine tous ses événements qui devaient avoir lieu ce printemps. En plus de la Course, de la Tournée mini-cube et de la Tournée des écoles, il faut ajouter le 1000 KM, qui devait avoir lieu du 18 au 21 juin, et la Boucle, le 20 juin, ainsi que la Grande récré (mois de mai à juin), le défi Cubes énergie (mois de mai) et la Grande récompense qui s’y rattachait, en juin. »

« Nous sommes très conscients que la déception sera vive pour les milliers de personnes – enfants, adolescents, adultes – qui se sont entraînées pendant des mois en vue du jour J ou qui l’attendait avec impatience. On parle des participants, bien sûr, mais aussi de tous les individus qui se sont investis pour assurer la tenue d’événements de cette ampleur : employés, partenaires, fournisseurs et bénévoles. Nous planchons déjà sur une activité alternative dans le but de motiver les gens à bouger et à rester actifs à la maison jusqu’à ce que la situation revienne à la normale. Plus d’information suivra très bientôt », indique-t-on, dans un communiqué.

«Nous planchons déjà sur une activité alternative dans le but de motiver les gens à bouger.» - Extrait du communiqué

Plus tôt dans la journée de mardi, l’organisation avait annulé la Course scolaire 2020 destinée aux jeunes du secondaire, du collégial et de l’universitaire, laquelle devait avoir lieu entre Québec et Montréal, les 9 et 10 mai. 

L’organisation s’est dite « sensible à la situation entourant la propagation de la COVID-19 et nous ne souhaitons aucunement poser des gestes qui risquent de nuire à la santé de nos participants, enseignants, bénévoles, employés, partenaires et fournisseurs. »

« Notre mission est axée sur la prévention : le Grand défi a la responsabilité d’emboîter le pas aux autorités pour le mieux-être des Québécois », rappelle-t-on.

Évidemment, la nouvelle a certainement déçu les quelque 5500 jeunes qui se sont entraînés au cours des derniers mois en vue de cette course à relais d’environ 270 kilomètres entre Québec et Montréal, pendant une trentaine d’heures en continu, de jour et de nuit. 

Déception aussi pour les responsables et les accompagnateurs qui les ont suivis et encouragés pour relever ce beau défi. Dans la région, une dizaine d’établissements participaient habituellement à l’événement.

« L’équipe du Grand défi les en remercie et les salue chaleureusement, en espérant qu’ils seront des nôtres l’an prochain. L’inscription ainsi que les coûts d’inscription seront valides et reportés à la Course 2021 », précise-t-on dans le communiqué, en ajoutant que « ce n’est que partie remise ! D’ici là, nous vous encourageons fortement à bouger et à rester actifs à la maison ».

Pierre Lavoie