La subvention salariale bientôt assouplie et prolongée jusqu’à la fin août [VIDÉO]

Catherine Lévesque
La Presse canadienne
Ottawa prend les grands moyens pour convaincre les employeurs d’utiliser la Subvention salariale d’urgence du Canada (SSUC).

Le premier ministre Justin Trudeau a annoncé vendredi que la SSUC sera prolongée jusqu'à la fin du mois d'août et qu'il y aura des assouplissements pour que davantage d'employeurs y adhèrent. Un plus grand nombre d'entreprises peuvent déjà postuler dès maintenant.

«On doit s'assurer que ce programme continue d'aider les gens, qu'il encourage les employeurs à réembaucher leurs employés et à élargir leurs heures d'activités autant que possible», a-t-il dit.

«Au cours du prochain mois, on va travailler avec les représentants des entreprises et des travailleurs pour effectuer des ajustements nécessaires», a ajouté M. Trudeau, notant que le critère d'admissibilité pour la baisse de revenus de 30 % pourrait être revu.

En attendant ces ajustements de concert avec l'industrie, le ministre des Finances a annoncé que davantage d'employeurs sont maintenant admissibles à la subvention salariale.

Bill Morneau dit que la SSUC s'étend aux associations de sport amateur, aux organisations journalistiques enregistrées et aux écoles et collèges non publics, incluant ceux qui offrent une formation spécifique comme l'apprentissage des langues ou la conduite automobile. Ces changements entrent en vigueur immédiatement.

Le gouvernement fédéral compte également proposer des modifications législatives à la SSUC afin d'y inclure entre autres les travailleurs saisonniers, a précisé le ministre Morneau.

La subvention salariale devait initialement prendre fin au début du mois de juin. Elle sera prolongée de 12 semaines, jusqu'au 29 août.

Le milieu des affaires a salué la prolongation du programme et exigé de revoir le critère du 30 % minimum exigé pour prouver une perte de revenus.

Dans une déclaration, la Chambre de commerce du Canada a dit que de nombreuses entreprises ne se qualifient pas pour ce programme en raison de ce critère précisément. C'est ce qui explique «le peu d'intérêt» à l'endroit de la SSUC présentement, selon la Fédération canadienne de l'entreprise indépendante.

M. Trudeau dit qu'il veut éviter de compromettre la relance économique en raison de quelques critères.

«Nous ne voudrions pas que les gens qui recommencent à faire des affaires sentent qu'ils doivent s'empêcher de croître, de prendre de l'expansion, de réembaucher pour continuer de bénéficier de la subvention salariale. Alors nous allons travailler avec l'industrie, avec les syndicats et les intervenants clés pour s'assurer qu'on fait bien les choses», a-t-il expliqué, en anglais.

Parlement rappelé?

Le chef conservateur Andrew Scheer revient à la charge pour réclamer un retour du Parlement en personne, avec un nombre réduit de députés, plusieurs fois par semaine.

L'entente actuelle prend fin le 25 mai. Elle prévoit des séances virtuelles, les mardis et les jeudis, ainsi qu'une séance en personne à la Chambre des communes chaque mercredi avec moins de députés.

«Personne ne pense que les séances virtuelles peuvent remplacer les séances en personne», a déclaré M. Scheer, qui est prêt à mener ce combat comme l'un de ses derniers à titre de chef de son parti.

M. Trudeau est d'avis que ce mode de fonctionnement devrait se poursuivre.

«C'est un équilibre qui fonctionne extrêmement bien parce que ça permet à tous les députés d'exprimer les préoccupations de leur région, de leur communauté et pas juste ceux qui sont à proximité d'Ottawa», a-t-il dit.

M. Scheer accuse le premier ministre de vouloir «éliminer le rôle du Parlement» alors que le Canada se trouve dans une crise sans précédent.

Le gouvernement risque donc, une fois de plus, de devoir négocier en coulisses avec les partis d'opposition au sujet de la reprise des travaux parlementaires dans les prochains jours.

La dernière fois, l'exercice avait été qualifié de «tataouinage» qui «n'intéresse pas beaucoup le proverbial vrai monde» par le chef bloquiste Yves-François Blanchet.

Aide aux étudiants

C'est à partir de vendredi que les étudiants peuvent soumettre leur demande pour une prestation d'urgence de 1250 $ par mois ou 2000 $ s'ils sont handicapés ou ont des personnes à charge.

Comme pour la PCU, ils devraient recevoir les montants dans leur compte en dépôt direct quelques jours après leur demande.

Mais les étudiants devront confirmer qu'ils cherchent un emploi. Ils seront invités à consulter le site web guichetemplois.gc.ca ou à télécharger l'application Guichet Emplois.

Le gouvernement fédéral espère combler 70 000 emplois d'été de cette manière.

Aide aux chercheurs

Les universités et les instituts de recherche en santé auront aussi droit à un coup de pouce du gouvernement fédéral. Le premier ministre a annoncé 450 millions $ pour subventionner les salaires de leurs chercheurs.

Tout comme pour la SSUC, le gouvernement fédéral couvrira jusqu'à 75 % du salaire de chaque employé jusqu'à concurrence de 847 $ par semaine.

Nombre de cas

Il y a eu plus de 1,23 million de tests administrés au Canada jusqu'à maintenant. Environ 6 % d'entre eux ont détecté la maladie.

Jusqu'à maintenant, on a recensé 74 540 cas confirmés ou probables dans l'ensemble du pays. La COVID-19 a provoqué la mort de 5553 Canadiens.

Distribution des cas au pays, selon les plus récents bilans provinciaux et territoriaux: 

  • 41 420 cas au Québec, dont 3401 décès
  • 21 922 cas en Ontario, dont 1825 décès
  • 6457 cas en Alberta, dont 121 décès
  • 2392 cas en Colombie-Britannique, dont 135 décès
  • 1034 cas en Nouvelle-Écosse, dont 55 décès
  • 590 cas en Saskatchewan, dont six décès
  • 289 cas au Manitoba, dont sept décès
  • 260 cas à Terre-Neuve-et-Labrador, dont trois décès
  • 120 cas au Nouveau-Brunswick, dont 119 guéris
  • 27 cas à l'Île-du-Prince-Édouard, tous guéris
  • 11 cas au Yukon, tous guéris
  • cinq cas dans les Territoires-du-Nord-Ouest, tous guéris
  • aucun cas au Nunavut.

À ces bilans provinciaux et territoriaux s'ajoutent les 13 cas, tous guéris, chez les passagers rapatriés du navire de croisière Grand Princess le 10 mars.