Le premier ministre François Legault, accompagné de la ministre de la Santé Danielle McCann et du directeur national de la santé publique Horacio Arruda, en conférence de presse à Québec, lundi
Le premier ministre François Legault, accompagné de la ministre de la Santé Danielle McCann et du directeur national de la santé publique Horacio Arruda, en conférence de presse à Québec, lundi

La réouverture des écoles repoussée après le 4 mai [VIDÉO]

Les écoles du Québec rouvriront plus tard que le 4 mai, a confirmé François Legault, lundi. Mais les garderies et services de garde scolaires pourraient accueillir des enfants avant les écoles, question d’y aller «graduellement», insiste le premier ministre.

«On pense qu’on a besoin d’un deux semaines de préparation. Puis honnêtement, aujourd’hui, on n’est pas prêts à annoncer une ouverture des écoles dans deux semaines. Donc, tirez vos conclusions», a répondu M. Legault, lors du point de presse de lundi, à propos de l’échéance annoncée du 4 mai qui arrive dans deux semaines.

«On est en train de regarder ce qu’on peut faire dans les services de garde, autant les CPE [centres de la petite enfance] et autres que les services de garde dans les écoles. Mais ça prend des précautions. Ça prend le fameux deux mètres, ça prend toutes sortes de précautions qu’on discute avec la Santé publique. Mais, il n’est pas question de rouvrir les écoles à court terme. [...] La journée que je vais vous annoncer qu’on rouvre les écoles, ça va être dans deux semaines minimum.»

D’abord annoncée le 13 mars, pour deux semaines, la fermeture de toutes les écoles primaires et secondaires québécoises avait ensuite été prolongée de cinq semaines de plus, jusqu’au vendredi 1er mai. Au minimum, on rajoute une huitième semaine pour rouvrir le lundi 11 mai ou plus tard. Au Québec, 1,05 million d’élèves de 4 à 18 ans fréquentent l’une des 2673 écoles primaires ou secondaires.

Éviter la vague d’automne

Si la construction résidentielle a repris lundi, après les garages et les pépinières la semaine passée, l’épidémie de COVID-19 est encore loin d’être endiguée au Québec. L’empressement de déconfiner senti dans les semaines passées chez le premier ministre laisse place à plus de prudence.

«L’idée, c’est de dire : il faut y aller graduellement, même pour la santé. Ne parlons pas d’économie, parlons juste pour la santé, il faut y aller graduellement. On commence par les entreprises. Il ne faudrait pas tout mettre en même temps à l’automne, ce serait risqué du côté de la santé. Donc, il faut y aller graduellement, autant du côté des entreprises que du côté des services de garde que des écoles. C’est ça qu’on est en train de faire tranquillement. Pour l’instant, on commence par les entreprises», a expliqué M. Legault, très discret en public sur les détails de son plan de déconfinement.

Car les morts continuent de s’accumuler. Surtout dans les centres d’hébergement de soins de longue durée (CHSLD), où habitaient 60 % des Québécois décédés (561) et où le manque de personnel reste criant.

Le Québec affichait lundi midi un total de 939 trépassés à cause du nouveau coronavirus, 62 ayant rendu l’âme dans les 24 dernières heures. Depuis une semaine, 83 Québécois meurent chaque jour de la COVID-19 en moyenne.

La province compte 19 319 cas confirmés, 962 de plus que la veille. Des 19 319, 1169 sont traités dans nos hôpitaux (+ 67 sur la veille) et 198 ont besoin des soins intensifs (+ 15).

Autres données intéressantes : 86 % des patients dont l’état requéraient des soins intensifs en sont ressortis vivants et 3847 des 19 319 Québécois officiellement infectés peuvent s’affirmer guéris grâce à l’obtention de deux tests négatifs.

Du renfort dans les régions

Symbole fort de cette 40journée depuis le premier point de presse donné par le trio Legault-Arruda-McCann, donc une véritable quarantaine, le premier ministre a offert ses condoléances aux proches de Victoria Salvan. Cette préposée aux bénéficiaires de 64 ans de Montréal est devenue cette fin de semaine la première travailleuse de la santé officiellement morte de la COVID-19 au Québec.

Cette situation met une énième fois en lumière la grave pénurie de main-d’œuvre dans les milieux d’hébergement pour aînés. Malgré les appels répétés de M. Legault la semaine dernière, il y manque toujours 2000 paires de bras, a encore martelé le premier ministre. Surtout à Montréal, à Laval et en Montérégie.

À temps plein et pour deux semaines complètes, a-t-il insisté. Plusieurs des 2300 médecins spécialistes qui ont levé la main la semaine passée ne se sont proposés qu’à temps partiel, comprend-on.

«Je demande aussi aux médecins, aux infirmières, aux préposés de régions moins touchées, comme ici, à Québec, de venir à Montréal pour deux semaines dans nos résidences. On a besoin de vous autres», a de plus affirmé M. Legault, ajoutant que le gouvernement se portait garant du logement pour ces personnes.

Une équipe de 15 travailleurs de la santé du CHU de Québec a d’ailleurs pris la route dès lundi matin, pour aller prêter main-forte dans un CHSLD de Laval.

En date de lundi, 4038 résidents des lieux d’hébergement pour aînés au Québec étaient atteints de la COVID-19.

Des masques pour accompagner «les sages»

Quant aux personnes âgées en santé qui vivent toujours dans leur maison, le premier ministre Legault se dit sensible à leur découragement d’être confinées plus longtemps que le reste de la population.

«Il y a comme deux situations complètement différentes. Les résidences de personnes âgées qui sont très infectées, puis toutes les autres personnes qui vivent dans leurs maisons. On a beau dire, la situation va quand même beaucoup mieux qu’on pensait dans les hôpitaux, beaucoup mieux qu’on pensait dans l’ensemble de la société, si on exclut les résidences», a dit M. Legault, après avoir recommandé à «tout le monde qui est capable de le faire d’aller dehors» prendre une marche.

Sans trop ouvrir son jeu du côté du déconfinement, M. Legault a aussi parlé de la possibilité que les personnes âgées de 70 ans et plus, qu’il appellera dorénavant «les sages», puissent se remettre à circuler avec des accompagnateurs équipés de masques artisanaux.

À LIRE AUSSI: Nouvelle position de la santé publique sur le port du masque en communauté

Ces masques faits maison que le directeur national de santé publique du Québec, le Dr Horacio Arruda, est sur le point de promouvoir avec une vidéo à être publiée dans les prochains jours.

Soulignons que le premier ministre Legault a amorcé son point de presse de lundi en offrant ses condoléances «à nos amis de la Nouvelle-Écosse», où une tuerie a fait au moins 19 morts. L’heure de la conférence quotidienne du trio québécois, d’ordinaire à 13 h, avait été retardée d’une demi-heure parce que la GRC faisait le point sur la situation à la même heure. Le drapeau du Québec qui flotte sur la tour centrale de l’hôtel du parlement a été mis en berne.