Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Le nombre de nouveaux cas de COVID-19 demeure bas dans la région.
Le nombre de nouveaux cas de COVID-19 demeure bas dans la région.

La Mauricie et le Centre-du-Québec données en exemple par le premier ministre

Sébastien Lacroix
Sébastien Lacroix
Le Nouvelliste
Article réservé aux abonnés
Si le couperet est tombé sur Québec, Lévis et Gatineau qui sont devenues des «zones d'urgence», la Mauricie et le Centre-du-Québec, tout comme l'Estrie, ont de nouveau été données en exemple par le premier ministre comme des régions où le passage en zone orange n'a pas entraîné une détérioration de la situation.

Lors de son point de presse, François Legault a toutefois rappelé que les nouveaux variants font en sorte que les impacts sont plus rapides, ce qui peut faire «exploser» la situation dans n'importe quelle région.

Bien que le nombre de nouveaux cas de COVID-19 demeure faible dans la région, les éclosions qui se sont déclarées affichent une remontée au cours de la dernière semaine. 

Après être descendues à huit, la semaine dernière, on en compte désormais 17 en Mauricie et au Centre-du-Québec. Les milieux de travail (entreprises, commerces et autres) sont les plus affectés, avec 13 éclosions, soit cinq en Mauricie et huit au Centre-du-Québec. Les autres sont dans des milieux scolaires et de garde, soit une en Mauricie et trois au Centre-du-Québec.

Celles-ci ne sont toutefois pas des éclosions de grande ampleur. «Aujourd’hui [mercredi], par exemple, il n’y a aucun cas qui est relié à une éclosion. Celles que nous avons sont de 2, 3 ou 4 cas. Ce ne sont pas de grosses éclosions. Il y a juste beaucoup de nouvelles petites éclosions», précise l’agente d’information du CIUSSS MCQ, Kellie Forand.

«Un aspect qui est toutefois important, c’est que parmi les éclosions en cours, il y en a plusieurs où il y a des cas qui ont été positifs au criblage. C’est sûr que ce sont des éclosions que l’on surveille de près pour ne pas qu’elles prennent de l’ampleur», ajoute-t-elle, précisant toutefois qu’elles sont sous contrôle pour le moment.

Le nombre de nouveaux cas de COVID-19 est encore à la baisse dans la région. On en comptait seulement neuf, mercredi, soit deux en Mauricie et sept au Centre-du-Québec.

La moyenne de nouveaux cas de la dernière semaine a légèrement augmenté - passant de 14 à 17 - en raison de quelques journées avec un peu plus de tests positifs, dont un pic de 32, vendredi.

Le nombre de cas actifs est reparti à la baisse, mercredi, avec un nombre de guérisons (17) qui a été plus élevé. Il y a donc 165 cas actifs, soit 58 en Mauricie et 107 au Centre-du-Québec. C’est une hausse de 23 par rapport à la semaine dernière. Le taux de cas actifs par 100 000 habitants est tout de même l’un des plus enviables de la province.

Plusieurs secteurs ont d’ailleurs très peu de cas actifs. On en compte cinq et moins dans l’agglomération de La Tuque, ainsi que dans les MRC de Mékinac, des Chenaux et de l’Érable. La ville de Shawinigan (7) et la MRC de Bécancour (8) s’en tirent également sous la barre des 10 cas actifs.

Drummond (54), Arthabaska (27), Trois-Rivières (26), Nicolet-Yamaska (14) et Maskinongé (11) sont les secteurs qui comptent le plus de cas actifs dans la région.

Pour ce qui est des variants, il y a eu quatre nouveaux cas détectés, mercredi. On en comptait 68 qui ont été envoyés au Laboratoire national de la Santé publique du Québec et quatre dont la souche britannique a été confirmée.

Le nombre d’hospitalisations est encore stable dans la région. Il y avait deux nouvelles personnes qui avaient été admises à l’unité COVID du CHAUR de Trois-Rivières, mercredi, pour un total de huit patients qui étaient pris en charge, dont un aux soins intensifs.

Selon les dernières données, ce sont 71 170 doses de vaccin contre la COVID-19 qui ont été administrées dans la région. La vaccination se poursuivra jeudi à Drummondville, Shawinigan, Trois-Rivières et Victoriaville.

Enfin, deux constats ont été émis en lien avec le couvre-feu dans la nuit de mardi à mercredi par les patrouilleurs de la Direction de la police de Trois-Rivières.