Plusieurs présidents de région françaises ont accusé des Américains de «surenchérir» et de les priver de masques de protection contre le nouveau coronavirus que la Chine se serait engagée à vendre à la France.
Plusieurs présidents de région françaises ont accusé des Américains de «surenchérir» et de les priver de masques de protection contre le nouveau coronavirus que la Chine se serait engagée à vendre à la France.

Guerre des masques: nouvelles accusations d’une élue française contre «des Américains»

PARIS — Plusieurs présidents de région françaises ont accusé des Américains de «surenchérir» et de les priver de masques de protection contre le nouveau coronavirus que la Chine se serait engagée à vendre à la France. Washington démentait jeudi toute intervention de l’état fédéral.

«Nous nous sommes fait prendre un chargement par des Américains qui ont surenchéri sur un chargement que nous avions identifié», a assuré jeudi Valérie Pécresse, la présidente de la région parisienne de l’Ile-de-France, sur une chaîne de télévision, LCI.

Cela n’a pas eu de conséquences financières puisqu’«on n’a jamais rien payé d’avance». Simplement «ce qui nous a échappé, on n’a pas pu l’avoir, on n’a pas pu passer la commande», a-t-elle expliqué.

«Nous payons à la livraison parce que nous voulons voir les masques alors que les Américains paient comptant et sans voir, forcément ça peut être plus attractif pour certains qui cherchent juste à faire du business avec la détresse du monde entier», a-t-elle ajouté.

Cette semaine, les présidents de la région Paca (sud-est) Renaud Muselier et du Grand Est Jean Rottner avaient déjà dénoncé des pratiques similaires de la part d’acheteurs américains.

«Le gouvernement des États-Unis n’a acheté aucun masque qui devait être livré par la Chine à la France», a répondu à l’AFP un haut responsable de l’administration américaine.

«Les informations affirmant le contraire sont complètement fausses», a ajouté ce responsable sous couvert d’anonymat,

sans rentrer dans la polémique, jeudi soir, le premier ministre français Edouard Philippe a reconnu que son pays se heurtait parfois «à des difficultés» pour obtenir des masques évoquant «la demande considérable qui vient vers la Chine, des États-Unis, de l’ensemble de l’Europe, du monde entier en vérité».

Le président français Emmanuel Macron, critiqué pour le manque de masques auquel doit faire face la France, a notamment promis mardi «l’indépendance pleine et entière» d’ici à la fin de l’année pour la production de masques, au cours d’une visite dans une usine de fabrication.