Le télétravail pourrait toucher quelques centaines de travailleurs de la Ville de Gatineau, tout au plus, selon le Syndicat des cols blancs.

Gatineau aurait une faible capacité de télétravail

La capacité de la Ville de Gatineau à passer en mode télétravail serait «très limitée», selon le Syndicat des cols blancs.

«L’évaluation des besoins est en train de se faire, mais je ne suis même pas certaine que la Ville possède suffisamment d’ordinateurs portables pour la quantité de bande passante dont elle dispose», a affirmé au Droit la présidente du syndicat, Geneviève Carrier. 

D’après les informations obtenues par le syndicat, lundi matin, les employés de la Ville qui participaient à un projet-pilote sur le télétravail se sont fait demander de se présenter au travail. «L’objectif serait de pouvoir redistribuer le matériel informatique pour les services essentiels, note Mme Carrier. Il est clair que Gatineau n’a pas les capacités de faire un virage au télétravail à grande échelle. Ça pourrait toucher quelques centaines de travailleurs, tout au plus.»

Les employés qui s’occupent de la paie pourraient faire partie de ceux qui seront appelés à faire du télétravail, mais encore là, l’administration ferait face à d’importants enjeux informatiques, note Mme Carrier. «Ils travaillent présentement à la sécurisation des données, dit-elle. Ça fait partie de l’évaluation des besoins actuellement.»

Mme Carrier précise qu’à l’exemption des employés qui sont en isolement ou qui n’ont pas été en mesure de trouver une solution pour faire garder leur enfant, la grande majorité des employés municipaux sont sur leur lieu de travail habituel en ce début de semaine. «Ceux dont les services ont été fermés, comme les bibliothèques, sont demeurés à la maison, note la présidente du syndicat. On souhaite que l’employeur continue de payer ces gens, mais ça n’a pas encore été clarifié. C’est un enjeu qu’on a souligné à l’employeur.»