Des centaines d’épiceries Metro et IGA du Québec distribueront à leurs employés des visières qui créeront une barrière additionnelle contre le virus.
Des centaines d’épiceries Metro et IGA du Québec distribueront à leurs employés des visières qui créeront une barrière additionnelle contre le virus.

Des visières pour protéger les commis d’épicerie

Des visières apparaîtront sous peu aux visages des commis d’épiceries pour les protéger de la COVID-19.

Des centaines d’épiceries Metro et IGA du Québec distribueront à leurs employés des visières qui créeront une barrière additionnelle contre le virus. Ce nouvel équipement de protection arrivera «dans les prochains jours», ont indiqué les deux géants de l’alimentation au Soleil

Alors que le nombre de travailleurs infectés par la COVID-19 continue à augmenter dans les épiceries du Québec, les commis sur le plancher ont réclamé des visières pour se protéger contre le coronavirus — et Metro et IGA ont répondu à leur demande. 

«Les commis, c’est eux qui restaient le plus à risque, dit Roxane Larouche, porte-parole du syndicat des Travailleurs et travailleuses unis de l’alimentation et du commerce (TUAC). Leur seule protection possible, c’était la distance de deux mètres avec la clientèle. Mais jusqu’à tout récemment, il y en a encore des gens qui leur tapaient sur l’épaule». 

Les employés des épiceries IGA seront libres d’adopter la visière. Mais ils peuvent aussi choisir le masque à la place, indique Anne-Hélène Lavoie, porte-parole chez Sobeys, qui possède les bannières IGA, Bonichoix et Marché Tradition, où les visières seront aussi distribuées.  

Mme Lavoie tient à rappeler que la visière ou le masque ne remplacent pas les deux mètres de distance à garder entre les gens. «La priorité, c’est la distanciation sociale», dit-elle. 


« Les commis, c’est eux qui restaient le plus à risque. Leur seule protection possible, c’était la distance de deux mètres avec la clientèle. Mais jusqu’à tout récemment, il y en a encore des gens qui leur tapaient sur l’épaule »
Roxane Larouche, porte-parole du syndicat des Travailleurs et travailleuses unis de l’alimentation et du commerce

Chez Metro, le port de la visière sera aussi volontaire. Il sera toutefois obligatoire à certains postes où la distanciation sociale est plus difficile à maintenir, indique Geneviève Grégoire, porte-parole de Metro, qui est aussi propriétaire des épiceries Super C, où il y aura également des visières. 

Les épiceries Provigo et Maxi fournissent des masques à leurs employés. Par contre, le port du masque reste pour l'instant sur une base volontaire. 

«Concernant les visières, nous ne les utilisons pas actuellement dans nos magasins d'épiceries (Provigo et Maxi)», indique Johanne Héroux, directrice principale, Affaires corporatives et communications pour Les Compagnies Loblaw.

Les visières et les masques s’ajoutent à plusieurs autres mesures de protection que les chaînes d’épicerie ont mises en place pour prévenir la contagion des employés et des clients. 

Partout au Québec, les épiceries ont installé des stations de lavages de mains aux entrées de leurs établissements, des panneaux de plexiglas pour protéger les caissières et ont fermé les comptoirs de vrac, les bars à soupe, les bars à olives et les trancheuses à pain.

Les épiceries ont aussi augmenté la fréquence des rondes de nettoyage, haussé la désinfection des paniers et apposé des pastilles autocollantes sur les planchers afin d’aider les clients à respecter les règles de distanciation sociale dans les files d’attente ou ailleurs dans les magasins.

Agents de sécurité

Plusieurs supermarchés ont aussi embauché des agents de sécurité pour veiller au respect des consignes et à la distribution de Purell. Dans certaines villes, des policiers vont même faire un tour dans les épiceries pour sensibiliser les clients à l’importance de maintenir la distance exigée. 

Il n’a pas été possible, mercredi, de savoir quelle entreprise fournirait les visières aux deux chaînes d’épicerie. Mais la demande augmente au Québec pour cet équipement de protection contre les gouttelettes de salive par lesquels la COVID-19 se propage principalement. 

De nombreux travailleurs des services essentiels les préfèrent aux masques. «Il y en a qui sont plus claustrophobes, il y en a qui portent des lunettes. Et puis on a décidé de faire un masque qu’on peut éloigner facilement du visage ou le rapprocher, dépendamment de ce qu’on veut», dit Patrick Zacard, vice-président exécutif de Pubco, une entreprise de produits d’emballage haut de gamme qui a lancé une gamme de visières de protection dans la foulée de l’épidémie.

L’entreprise familiale a déjà distribué environ 25 000 visières jusqu’à maintenant, notamment dans des CHSLD de Montréal et de Laval, des compagnies pharmaceutiques et des entreprises alimentaires. 

Depuis le début avril, Metro et Sobeys dévoilent sur leurs sites la liste des épiceries où des employés ont été infectés par la COVID-19. Jusqu’à maintenant, plus de 80 employés ont contracté le virus dans les deux chaînes au Québec.