Cinq nouveaux cas de COVID-19 se sont ajoutés au bilan de l'Outaouais, lundi.
Cinq nouveaux cas de COVID-19 se sont ajoutés au bilan de l'Outaouais, lundi.

Des employés du CISSSO travaillent dans plus d'une installation

Même si l'Outaouais est moins touchée que d'autres régions du Québec par la pandémie de COVID-19, la pénurie de main-d'oeuvre fait en sorte que le réseau de la santé doit continuer de faire travailler certains de ses employés dans plus d'une installation.

Sur les 962 nouveaux cas de COVID-19 ayant été confirmés lundi au Québec, cinq proviennent de l'Outaouais. Cela porte à 214 le nombre de personnes infectées dans la région.

Pour l'Outaouais, on compte ainsi 54 cas par 100 000 habitants. La moyenne québécoise étant de 227 cas par 100 000 habitants, la région s'en tire plutôt bien.

Malgré l'embauche de 409 personnes depuis le début de la pandémie, le Centre intégré de santé et de services sociaux de l'Outaouais (CISSSO) doit conjuguer avec une pénurie de main-d'oeuvre – qui était déjà présente avant la crise.

«Nous avons toujours des besoins, a affirmé en point de presse le directeur des ressources humaines du CISSSO, Martin Vachon. Il nous manque actuellement encore une soixantaine de préposés aux bénéficiaires, plus de 70 infirmières et nous avons besoin de gens dans les secteurs de l'alimentation et de l'entretien.»

À LIRE AUSSI : Quatre employés d'un IGA de Gatineau infectés

La répartition des cas selon les territoires.

Ces besoins en main-d'oeuvre font en sorte que le réseau n'a parfois pas le choix de faire travailler certaines personnes à plus d'un endroit.

La présidente du Syndicat des travailleuses et travailleurs de la santé et de services sociaux de l'Outaouais, Josée McMillan, donne l'exemple d'une employée effectuant de l'entretien au centre d'hébergement et de soins de longue durée (CHSLD) La Petite-Nation, où deux usagers sont infectés par la COVID-19. L'employée, qui a travaillé vendredi dans la «zone chaude» du CHSLD, a effectué des heures supplémentaires dès le lendemain à l'Hôpital de Papineau. «On est préoccupés, lance Mme McMillan. Je pense qu'il faut absolument éviter les déplacements […] pour éviter de propager le virus à travers l'Outaouais.»

Martin Vachon

Au CISSSO, Martin Vachon assure que tout est fait pour «limiter les déplacements des travailleurs» et que ceux qui travaillent dans les zones chaudes ont accès à l'équipement de protection adéquat. «Toutefois, nous nous devons d'assurer une offre de services à la population dans l'ensemble de nos points de services, a-t-il mentionné. […] C'est sûr que dans un mode idéal, les gens ne se déplaceraient pas.»

Le manque de personnel observé dans la région n'empêchera toutefois pas le CISSSO de permettre à certains de ses employés qui le souhaitent d'aller prêter main-forte à Montréal, tel que l'a demandé le premier ministre François Legault.

«Nous sommes en effet sur le point de faire un appel à tous à l'ensemble de notre personnel, a mentionné M. Vachon. […] Malgré que notre situation demeure fragile et précaire, nous sommes quand même en meilleure position que la grande région de Montréal. […] Il est important, comme société, qu'on puisse se soutenir, s'aider.»

Un seul décès

La mise à jour faite lundi par CISSSO ne fait état d'aucun nouveau décès lié à la COVID-19 dans la région, où le nouveau coronavirus a fait une victime jusqu'à présent. La présidente-directrice générale de l'organisation, Josée Filion, a indiqué que 88 patients de la région ayant contracté la COVID-19 sont désormais rétablis.

Le CISSSO compte neuf patients dans son centre désigné de l'Hôpital de Hull, dont quatre aux soins intensifs. «Leur condition de santé est stable», a indiqué la présidente-directrice générale de l'organisation, Josée Filion.

Dix-neuf employés de l'organisation ont contracté la COVID-19 jusqu'à présent.

Deux éclosions sont toujours en cours dans des centres d'hébergement et de soins de longue durée (CHSLD) de la région, soit au CHSLD La Petite-Nation et au CHSLD Lionel-Émond - auparavant appelé le Foyer du Bonheur. Aucun nouveau cas n'a été déclaré lundi dans ces deux installations, qui ne permettront pas, pour l'instant, la visite de proches aidants.