Le Dr Mario Thomas, cofondateur et PDG de Precision Biomonitoring
Le Dr Mario Thomas, cofondateur et PDG de Precision Biomonitoring

COVID-19: un test de dépistage par la salive pour janvier?

Julien Coderre
Julien Coderre
Le Droit
Un docteur québécois croit qu’un test de dépistage rapide à la COVID-19 par la salive pourrait se retrouver dans les pharmacies en janvier prochain.

Mario Thomas, cofondateur et président-directeur général de la biotech Precision Biomonitoring, à Guelph, figure dans la course mondiale d’une solution de dépistage rapide à la COVID-19 par la salive.

Le 16 septembre dernier, son entreprise a appris qu’elle avait été sélectionnée parmi les 200 semi-finalistes du concours de la fondation X-PRIZE, qui au départ, regroupait 900 participants provenant de 35 différents pays.

La solution que le Dr. Thomas et Precision Biomonitoring ont développé pour mériter cette nomination: un test de dépistage à la COVID-19 par la salive basé sur la détection d’un antigène.

«Un antigène, c’est une protéine qui se trouve à la surface du virus, souligne Dr Thomas. Le procédé est tout simple. Notre dispositif est gros environ comme une carte de crédit et un détecteur digital est intégré à celui-ci. Lorsqu’on met une goûte de salive dans le point d’entrée à cet effet, poursuit-il, le détecteur va voir si la protéine en question est présente ou pas grâce à un lecteur ultraviolet.»

En l’espace de 12 minutes, le citoyen peut être testé et connaître son résultat, sans aucun instrument scientifique.

Dr Mario Thomas

«Dans le dispositif de test, il y a un détecteur avec une microbatterie et également une puce qui contient une application Bluetooth, explique Mario Thomas. De cette façon, le dispositif se connecte directement à votre téléphone intelligent et le résultat du test, qu’il soit positif ou négatif, vous sera acheminé sur votre écran de téléphone.»

«Le fait qu’on a été choisi parmi les semi-finalistes, c’est une sorte de validation pour nous, ajoute fièrement le Dr. Thomas. Le détecteur est très précis et on obtient des résultats équivalents à ceux du test PCR.»

Les finalistes du concours X-Prize seront dévoilés entre la fin du mois d’octobre et le début du mois de novembre, mais Mario Thomas est optimiste que son test pourrait se retrouver sur les tablettes des pharmacies en janvier prochain.

«Ça serait réaliste, dit-il, puisqu’on doit terminer l’évaluation clinique qui est en marche et ensuite on doit passer par le processus d’approbation réglementaire de Santé Canada, de la FDA (Federal Drug Agency) aux États-Unis et l’équivalent dans d’autres pays.»

«On vise une mise en marché grand public pour que les gens se testent eux-mêmes», ajoute-t-il en disant travailler pour que le produit soit disponible internationalement.

Selon les estimations du Dr Thomas, le coût d’un seul test serait d’environ 20$.

«Ou moins, assure-t-il. C’est notre objectif et je pense qu’on pourra le respecter.»