On dénombre maintenant 30 cas confirmés de la COVID-19 dans la capitale fédérale. 
On dénombre maintenant 30 cas confirmés de la COVID-19 dans la capitale fédérale. 

COVID-19: un homme hospitalisé, 30 cas au total à Ottawa

La médecin en chef de Santé publique Ottawa salue la décision du gouvernement de l’Ontario d’ordonner la fermeture pour deux semaines des lieux de travail non essentiels à compter de mardi soir en cette période de crise de la COVID-19 alors que trois nouveaux cas de personnes infectées ont surgi lundi dans la capitale fédérale.  

«Il est approprié de lancer le message que les gens ne doivent pas être en train de magasiner pour des vêtements ou de sortir pour aller se faire tatouer. Je crois que cette décision amplifie nos efforts de limiter les contacts entre les gens à un niveau sans précédent», a noté la Dre Vera Etches lundi après-midi lors d’une conférence téléphonique. 

Rappelons que le Québec a aussi adopté lundi une mesure similaire à celle de l’Ontario.

En fin de journée, lundi, Santé publique Ottawa comptait 22 cas de COVID-19 confirmés à Ottawa, et 11 dossiers classés «indéterminés».

Parmi les cas les plus récents, il y a un homme dans la cinquantaine qui est hospitalisé pour traiter ses symptômes. La source de transmission du nouveau coronavirus est inconnue pour cet individu. Une femme dans la cinquantaine s’est placée en isolement volontaire après avoir contracté la maladie par un contact étroit. Une femme de moins de 18 ans s’est elle aussi placée en isolement après avoir été infectée lors d’un voyage.

La Dre Etches expliquait la semaine dernière que les cas indéterminés sont généralement des personnes qui ont reçu un résultat positif à un premier test de dépistage plus général et qui attendent la confirmation qu’il s’agit bel et bien de la COVID-19.

«Ce sont pratiquement tous des cas qui sont ensuite confirmés», a indiqué la Dre Etches en conférence de presse dimanche.

La médecin en chef d’Ottawa maintient que les mesures de distanciation sociale feront une différence, notamment en matière de mortalités dues au nouveau coronavirus.

«Ce n’est pas le moment de faire des sorties non essentielles, de recevoir des amis ou de la parenté. La distanciation sociale veut dire de limiter le nombre de personnes avec qui on entre en contact. Idéalement, on doit limiter ça aux personnes dans votre foyer à moins d’aller dans un travail essentiel ou d’aller chercher le soutien important de quelqu’un et de limiter ce cercle de support à une personne ou au plus petit nombre de personnes. Il faut aussi limiter le nombre de fois où vous allez à l’épicerie», a partagé Vera Etches.

Certaines personnes se tasseront lorsqu’elles croisent un autre piéton sur le trottoir. De telles scènes ont d’ailleurs été observées en fin de semaine dernière le long du canal Rideau.

«Les contacts étroits peuvent être par exemple quelqu’un avec qui vous avez un contact prolongé à l’intérieur des deux mètres. Dans une résidence, c’est assuré qu’il y a des contacts étroits. Les gens dans le domaine de la santé sont aussi dans la définition de contacts étroits. Ça peut aussi être un collègue qui travaille près de vous, mais juste de croiser quelqu’un ne se qualifie pas dans la définition de contact étroit avec cette personne», a expliqué la Dre Etches, qui dit respecter les gens qui veulent prendre leur distance lorsqu’ils croisent quelqu’un,

«C’est sûr qu’on ne veut pas voir une personne malade se balader sur la rue. Ça pose des risques et on ne veut pas voir ça», a-t-elle souligné.

Avec Julien Paquette, Le Droit