Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
La Mauricie a enregistré seulement trois nouveaux cas, lundi, dont un seul à Trois-Rivières.
La Mauricie a enregistré seulement trois nouveaux cas, lundi, dont un seul à Trois-Rivières.

COVID-19: un autre excellent bilan pour la Mauricie

Sébastien Lacroix
Sébastien Lacroix
Le Nouvelliste
Article réservé aux abonnés
Bien qu’elle soit moins problématique qu’au cours des derniers jours, la situation sanitaire continue de se détériorer dans les trois MRC au sud du Centre-du-Québec qui ont été identifiées comme étant problématiques par le CIUSSS MCQ, alors que le reste de la région affichait encore un excellent bilan, lundi.

Ce sont en effet 8 nouvelles infections à la COVID-19 qui ont été rapportées dans la MRC de Drummond, 7 dans Arthabaska et 6 dans l’Érable, soit 21 des 24 cas dépistés dans la région. En Mauricie, les trois nouveaux cas sont répartis entre la MRC de Maskinongé, Shawinigan et Trois-Rivières.

Le nombre de guérisons (32) a tout de même permis de faire diminuer les cas actifs autant en Mauricie (-7) qu’au Centre-du-Québec (-2), si bien qu’on en compte maintenant 42 en Mauricie et 248 au Centre-du-Québec.

Par ailleurs, le taux de positivité aux variants détectés par criblage s’élève maintenant à 91,1% au cours des sept derniers jours. Le nombre de cas du variant britannique B.1.1.7 qui a été confirmé par séquençage s’élève toujours à 36 en Mauricie-Centre-du-Québec.

En ce qui concerne les hospitalisations, le nombre de patients demeure plutôt stable à l’unité COVID du CHAUR de Trois-Rivières, avec un de plus que la veille. On comptait 12 personnes hospitalisées, lundi, dont une qui se trouvait aux soins intensifs.

On déplore toutefois un nouveau décès provenant d’une personne qui a contracté la COVID-19 à son domicile. On compte donc quatre personnes qui ont perdu la vie depuis le début de la troisième vague et 520 depuis le début de la pandémie.

Enfin, dans la nuit de dimanche à lundi, un seul constat a été émis en lien avec le couvre-feu par les patrouilleurs de la Direction de la police de Trois-Rivières. Ailleurs en Mauricie et au Centre-du-Québec, la Sûreté du Québec indique que les policiers ont remis 52 constats ou rapports d'infraction généraux, dont 30 en lien avec le couvre-feu du 26 avril au 2 mai.

Vaccination: le cap des 40 % sera franchi cette semaine

Les dernières données concernant la vaccination indiquent que 196 741 personnes avaient reçu une première dose de vaccin, en date de lundi matin, ce qui représente 37,63 % de la population de la Mauricie et du Centre-du-Québec.

Avec plus de 18 600 rendez-vous qui sont planifiés cette semaine, la région franchira les 40 % de la population ayant reçu une première dose de vaccin cette semaine.

Avec le début de la prise de rendez-vous pour trois nouveaux groupes d’âge cette semaine (45-49, lundi, 40-44, mercredi, et 35-39, vendredi), la vaccination pourra s’accélérer au cours des prochains jours.

Plus de 53 000 plages horaires de rendez-vous étaient d’ailleurs disponibles pour ces nouveaux groupes ciblés, lundi, en début d’après-midi sur le site de Clic Santé. D’autres plages horaires de rendez-vous seront ajoutées au fur et à mesure que les livraisons de doses seront confirmées.

L’administration de la seconde dose de vaccin pour les résidents des CHSLD s’accélérera également au cours des prochains jours grâce à l’arrivage de doses du vaccin de Moderna. L’opération s’étendra jusqu’à samedi prochain. Actuellement, 3846 travailleurs de la santé et résidents en CHSLD ont reçu une seconde dose de vaccin dans la région.

Le CIUSSS MCQ rappelle que les groupes qui étaient déjà prioritaires peuvent toujours prendre rendez-vous. Il s’agit des travailleurs du milieu de la santé et des services sociaux ciblés par la phase 2 de vaccination, des personnes qui ont une maladie chronique ou un problème de santé augmentant le risque de complications de la COVID-19, des travailleurs en milieux à risque important d’éclosion, des personnes vivant avec une déficience physique, une déficience intellectuelle ou un trouble du spectre de l’autisme ainsi que leur personne proche aidante ou un parent d’un enfant handicapé mineur, des femmes enceintes et des personnes de 45 à 79 ans pour le vaccin AstraZeneca.